Si on retourne 10 ans dans le passé, quels conseils vous donnez-vous?

Qu’on soit entrepreneur ou pas, qu’on aille du succès ou pas, la vie nous a tous appris des choses.

Si vous auriez la chance d’embarquer avec Marty McFly et de retourner 10 ans dans le passer pour vous donner un conseil, ce serait quoi?


Dans mon cas, j’aurais 15 ans et le conseil que je me donnerais serait de ne pas apporter trop d’importance à l’école et je me serais partagé ce vidéo YouTube


À votre tour!

10 « J'aime »

Je retournerais à mes 14 ans. Je me dirais d’arrêter de réfléchir à tout et à rien… et d’agir ! J’ai perdu tellement d’années à chercher «comment faire -quelque chose-» (sans jamais rien faire de concret au final) au lieu d’essayer et d’expérimenter !

Aujourd’hui, j’ai même plus le temps de réfléchir et j’ai l’impression de toujours être en train de me faufiler à la dernière minute dans une porte qui se ferme tellement j’ai de choses à réaliser ! … retour du balancier ? :wink:

9 « J'aime »

J’aurais 15 ans, soit à la fin-secondaire.

Je me dirais de pousser à fond les disciplines dans lesquelles j’excelle et d’arrêter de pousser celles dans lesquelles je suis mauvaise (les maths, la finances, la chimie et toutes ces affaires-là!). Pour moi, l’école a contribué à me rendre correct dans tout, mais excellente dans pas grand chose. Ça peut être un plus, comme un moins. Ça dépend des jours tsé!

5 « J'aime »

Passer plus de temps avec les gens qui ont encore des rêves ou des objectifs importants à réaliser et les accompagner dans leurs réalisations!

2 « J'aime »

Si je pouvais parler à celle que j’étais il y a 10 ans, je lui dirais : continue ce que tu fais car tu aimes ça, mais prépare toi au vrai monde, car c’est difficile et l’école ne t’apprends pas à y survire, ou plutôt, l’école t’apprend à t’en sortir par trop magané ! :smiley: Laisse faire ton jugement et ton cœur comme tu le fais bien, mais des fois écoute ceux qui sont passés avant toi, ils ont une longueur d’avance !

1 « J'aime »

Bof, j’aurais 46 ans et pas grand chose de changé :slight_smile:
Peut-être m’entourer de plus de coachs pour progresser, j’ai attendu trop longtemps avant de le faire.

Patrick

3 « J'aime »

Je trouve ton commentaire super intéressant!

On a l’impression que 10 ans c’est plus important quand tu es jeune, mais passer de 46 à 56 ou de 86 à 96 c’est la même chose que de passer de 25 à 35. Le même nombre d’année s’est écoulé et on a le temps d’accomplir la même quantité de travaille!

5 « J'aime »

Ne pas faire des sacrifices pour les choses qui ne donnent pas du plaisir, peu importe au travail ou dans la vie personnelle. Oser de choisir et écouter davantage sa voix intérieure!

4 « J'aime »

il y a 10 ans le conseil que je me serais donné c’est d’aller voir un coach pour apprendre à vendre mes services sur le net
il est indispensable et utile de se faire coacher si on veut avancer, évoluer
il y a des choses ue l’on peut faire seul d’autres pas, chacun sa spécialisation, chacun son concept unique :wink:

4 « J'aime »

Avoir des coach qui ont des coach pas des gens qui pensent tout savoir !!! J’ai tellement perdu de temps avec sa et meme des entreprises , par contre c de ma faute donc je l’assume et j’ai passe a autre chose :slight_smile:

1 « J'aime »

Moi j’me dirais ceci: avant de t’embarquer dans un projet d’entrepreneur auto-financé, demande toi comment tu vas en faire le “marketing”. Car si tu veux récupérer ton investissement initial, 50% des efforts devraient être mis sur la création du produit et 50% dans sa promotion.

3 « J'aime »

Je dirais : développe un actif, pas une job.

11 « J'aime »

GÀ 38 ans… Je me dirais calme-toi les heures sup au travail pas payée ça donnera rien.
J’aurais écouté plus souvent la petite voix sympathique plutôt que ma voix raisonnable. J’suis pas la seule à avoir deux voix j’espère… :flushed: j’aurais pris plus de risque.

Et sans entrer dans le mélodrame, j’aurais dit plus de je t’aime, fait plus de câlins et donner plus de coups de fil à ceux qui sont partis. Parce que c’est la réalité et c’est la seule chose dont on peut être à 100% certains, on va tous partir!
Mais au final, tout ça c’est de l’apprentissage. Et à 48 ans maintenant, je le sais et je me le dis!!! Maintenant je chante plus souvent " forever trusting who we are And nothing else matters"

4 « J'aime »

Je me dirais à moi-même d’écouter mon intuition et d’arrêter d’essayer de rationnaliser ce qui n’est pas acceptable. Donc pour faire court : sort de là, tu sais très bien que ça ne mènera nulle part ! Arrête de perdre ton temps !

Maintenant, j’écoute tout le temps mon intuition, même si je ne comprends pas forcément où elle veut me mener. Et ma vie est non seulement plus belle, mais aussi plus fun !

5 « J'aime »

Si je retournais à mes 26 ans, je me donnerai le conseil de prendre le temps pour réfléchir, garder le focus et m’entourer de bonnes personnes. Je suis impulsive, quand j’aime je fonce…me cogne et pense après. Aucun problème de faire tourner la roue pour être dans l’action…mais cela ne m’a pas toujours servi. J’apprends à revenir à l’équilibre.

3 « J'aime »

10 ans c’est un peu loin ( j’aurais 11 ans ), mais 5 ans en arrière, je me serais dis de ne pas m’endetter pour une grande école et pour un diplôme prétendument réputé.

Bref, j’aurais voulu me rendre compte plus tôt que l’école et le système éducatif en général est biaisé, et qu’entre le moment où on commence ses études universitaires et le moment où on en sort ( 3 à 5 ans ) : les méthodes et outils changent tellement que 70% de nos connaissances sont obsolètes en arrivant sur le marché du travail.

Si cette idée vous interpelle, un article m’a pas mal plu à ce propos : http://www.challenges.fr/economie/positive-economy-forum/pourquoi-les-diplomes-risquent-de-disparaitre_425938

Et en parlant de système, j’aurais voulu éviter de me forger certaines croyances limitantes, et comprendre plus tôt que le travail ne se doit pas forcément d’être pénible.

3 « J'aime »

J’aurais 45 ans… en train de faire un certificat universitaire accéléré en même temps que ma job de directrice générale et en même temps que je m’occupe de ma mère (papa dcd en 2004). J’ai aussi une vie de famille avec mon mari , une jeune adulte de 18 ans et une ado de 14. Je m’occupe aussi d’un oncle célibataire qui est malade. Avec le recul, je dirais que les certificats universitaires n’ont pas réussi à anéantir le syndrome d’imposteur quand tu veux faire qq chose, partager avec ma mère a été un merveilleux cadeau, ma cellule familiale est tissée serrée, j’ai le sentiment d’avoir fait ce que j’avais à faire. Finalement, c’est grâce entre autres à ce que j’ai fait il y a 10 ans que je suis aujourd’hui une meilleure version de moi-même. Conclusion: je l’aime ma vie avec ses imperfections. Voilà alors je me dirais “ben Vis!”

2 « J'aime »