La publicité papier : trop souvent oubliée de nos jours

La publicité papier : trop souvent oubliée de nos jours
0

(David Couture) #1

Connaissez-vous ces entreprises?

Il s’agit d’entreprises parmis celles qui ont le plus gros budget de publicités au Québec et qui embauchent les plus grosses firmes de marketing.

Pourquoi yable ces intreprises investissent-elles encore autant en publicité papier?

La réponse est très simple : parce que ça rapporte !!

Qu’on se le dise, ce n’est pas pour tout le monde, ni pour tout les types d’entreprises.

Cependant, pour les entreprises de services avec une restriction géographique très limitée, ça demeure encore un média extrêmement efficace et souvent oublié (voir boudé) par les petits entrepreneurs.

Si vous êtes déneigeurs, homme à tout faire, massothérapeute, coiffeuse, etc, il faut considérer les médias papiers, publi-sac, publipostage, dans votre plan marketing.

Attention cependant : la plupart des publicités ne donne pas de résultats, non pas parce que le médias n’est pas bon, mais parce que la publicité est mal montée.

Si je vous disais qu’une bonne publicité doit demander MINIMUM 20 à 40 heures de travail, et 10-12 ébauches avant d’être prête à être lancée au public?

Il est également possible de raffiner sa publicité avec des test A/B pour valider certains paramètres grâce à la publicité Facebook.

Si vous avez envie de vous y mettre, n’hésitez pas à faire valider votre pub ici sur La Tranchée avant d’y investir vos précieux pécules.


(Annemarieplam) #2

Nous faisons régulièrement de la pub la le journal local - nous prenons l’endos du journal. Ça rapporte à tout coup! Je suis en train de terminer une pub justement je vous la montre quand ce sera terminé.


(Vincent) #3

Juste le fait que ce soit écologiquement très discutable, je vais passer mon tour…
C’est mon opinion, pas un jugement :slight_smile:


(Olivier) #4

Bonjour,

J’ai utilisé la pub papier il y a environ 3/4 ans pour un business d’e-liquide pour cigarette électronique (lorsqu’on avait encore le droit de faire de la pub avec ce produit, je crois que c’est fini maintenant en France).

Les résultats étaient bons, mais il faut effectivement bien bosser sa pub avant de la diffuser…

J’avais utilisé un support original: le sac à pain. Ma pub était chez les boulangers. Elle s’affichait dans le magasin sur un écran (les pubs passaient sous forme de diaporama) et elle était imprimée sur le sac papier du pain que le client achetait.

J’avais mis un code promo sur la pub, je pouvais facilement vérifier l’impact de l’opération. Pas trop mal, mais j’aurai dû bosser beaucoup plus mes accroches en appliquant certaines règles de copywriting…


(Karine Davidson Tremblay) #5

Ça doit dépendre aussi de la niche recherchée aussi… Produits courants, services régionaux et peu dispendieux, je crois que ça doit valoir beaucoup plus la peine. Pour un produit plus luxueux ou artisan… hum…

J’ai plusieurs fois fait de la pub papier; la dernière fois (pour essayer une dernière fois), même avec en vedette mon produit le plus vendeur et le plus accessible pour le grand public (bas en alpaga) avec un code pour un rabais, dans le journal régional au dos, j’ai eu 0 retour…

Peut-être ma région aussi…

Sur le web, ma publicité est beaucoup plus rentable ! Et évidemment, mes clients viennent principalement d’autres régions que la mienne. Mais je trouve quand même curieux de n’avoir eu aucun retour sur toutes mes pubs papier au niveau régional.

La seule fois où les journaux ont pu aider mon entreprise, c’est quand je me suis faite approchée par des journalistes (pour des articles) pour mon activité yoga-alpaga; j’ai eu 2 vraiment belles vagues de médias dont la première a mené à faire parler de moi à l’international.


(David Couture) #6

Tout à fait. C’est surtout utile pour les entreprises de services locaux, ou les produits grands publics. Pour les produits de niches, comme la laine d’aplaga, le média papier n’est pas appropriés effectivement.


(Olivier) #7

C’est effectivement bien adapté aux services locaux mais il ne faut pas se tromper de quartier…

Pour la pub papier de mes eliquides, j’avais choisi 2 boulangeries à Lyon. Une dans un quartier bourgeois, bobo, l’autre dans un quartier plus populaire, ouvrier.

Je m’attendais à cartonner sur la 1ère boulangerie…

Résultat :

1ère boulangerie : 0 retour
2ème boulangerie : 2/3 nouvelles ventes par jour en moyenne sur 1 an.

Et je fidélisais plus de la moitié de ces nouveaux clients. Résultat positif dans l’ensemble.

Si j’avais uniquement misé sur le quartier bobo, je me serai planté en beauté… Mais le suivi de l’opération est compliqué, il faut se méfier, on n’a pas de pixel fb ou de cookie :slight_smile:

J’ai donc vérifié sur place ce qui se passait pour la 1ère boulangerie. J’ai acheté du pain et l’employé me l’a remis dans un sac d’une régie publicitaire concurrente. Il n’y avait pas ma pub dessus ! En fait, le commerce fonctionnait avec 2 régies, peut-être même 3, va savoir…

Alors je ne sais pas vraiment dans quelle proportion m’a pub a été diffusée. Pas sûr que cela ait été fait correctement… Je n’ai pas cherché plus loin. Le business a complètement décollé avec le B2B, je n’avais plus le temps de vendre aux particuliers…


(Stéphane Primard) #8

En effet!

Moi j’aime bien proposer comme stratégie de monter une pub sur Facebook et trouver le concept qui vend bien avec des publicités A/B et lorsqu’on a un résultat intéressant (ce qui coûte pas mal moins cher), essayer de la transférer sur papier.

Ça reste une idée puisque au final, je ne l’ai jamais essayé!

Qqun ici a déjà fait ça?


(Provost Sophie) #9

Avez-vous des conseils sur comment bien monter une pub papier?
Au risque de paraître très ignorante, c’est quoi les tests A/B?


(Sylvain) #10

Salut @provost.sophie,

Difficile de te guider sans en savoir plus sur ton offre.

Pour répondre maintenant à ta deuxième question rapidement, lorsque l’on parle de tests A/B il s’agit en réalité de deux publicités (en général) similaires avec une modification sur l’autre afin d’être le plus performant possible.

Par exemple tu as ta Pub A : Image + Titre + Texte
Sur ta Pub B : Tout sera identique sauf un élément que tu auras modifié (Image ou titre ou texte)

Ça te permet d’optimiser et tester au maximum l’efficacité de ta publicité et d’en tirer la meilleure performance possible.

J’espère t’avoir aidé à y voir plus clair ! :wink:


(Provost Sophie) #11

Et je suppose que l’on fait plusieurs tests A/B? En gardant toujours l’option la plus appréciée pour faire une nouvelle modification. C’est ça?


(Sylvain) #12

Pour ça après il y a plusieurs écoles, mais au départ il est préférable de ne pas tomber dans la modification constante sinon :

  • tu fausses tes résultats
  • tu peux plus analyser correctement tes publicités
  • tu tombera dans le perfectionnisme à toujours modifier en croyant mieux faire

Garde à l’idée qu’il faut toujours partir du simple (pour bien maîtriser l’outil) au plus technique.
Commence par changer la photo, attends, analyse puis ensuite modifie le titre bref comme on dit “step by step” ! :wink:
Comme son nom l’indique c’est un test A/B, pas A/B/C/D… donc 1 test (modification) à la fois sinon tes données seront erronées.

Mais dans l’optique ça s’arrête jamais, on cherche toujours à être le plus performant pour délivrer le message le plus efficace qu’il soit.


(David Couture) #13

En fait, on ne peut généralement pas transposer directement une pub web en pub papier et vice-versa, tout simplement parce que le format des présentations est pas mal différent.

En fait, là où le test A/B peut être utile, c’est pour déterminer un slogan évocateur, un nouveau logo, un agencement de couleur. Ou encore, pour déterminer une offre… par exemple, est-ce que les gens préfèrent 50% de rabais, ou un 2 pour 1 par exemple.

Ensuite, une fois qu’on a déterminé les grandes lignes de notre publicité, on peut l’adapter facilement dans un format ou un autre, et il sera tout aussi efficace à un endroit ou un autre.

Dans tous les cas, il faut toujours travailler prioritairement sur le premier coup d’oeil… qu’est-ce que les gens voient dans les 3 premières secondes. C’est très souvent l’élément déterminant d’une pub, autant sur le web sur que papier. Le slogan, ou la phrase d’accroche fait généralement parti de ces 3 secondes… à lui seul, cet élément peut suffire à faire d’une pub un échec ou un succès.


(Stéphane Primard) #14

Cool :slight_smile:
Merci pour ces détails!