🎥 Guide d'achat: l'équippement requis pour réaliser la vidéo parfaite!

Ceci va être mon petit guide d’achat pour ceux qui désirent débuter en vidéo.

J’ai acheté un PAQUET d’équipement à travers le temps. Certains coûtent cher, d’autres sont dirt cheap.

Il ne faut pas se laisser intimider par le prix de quoi que ce soit. Dites-vous qu’une caméra, c’est comme une guitare.

On a tous un ami qui est super bon à la guitare. Qu’est-ce qui arrive lorsqu’on est dans un party et que quelqu’un donne une guitare de merde à ce gars-là? Il impressionne quand même tout le monde par son talent.

Même chose en vidéo. L’équipement de qualité fait une chose: ça permet de compenser pour le manque de talent.

Mais garde en tête que, si tu prends le temps de bien apprendre les bases et le fonctionnement de la lumière et du son, pas besoin d’investir de grosses sommes pour avoir un résultat professionnel.

Commençons…


Il existe 4 composantes techniques à toute production: le son, la lumière, le capteur et la post-production.

Ça parait étrange au premier coup d’oeil, mais ils sont en ordre d’importance. Le son et l’éclairage sont deux fois plus importants que la qualité de ta caméra.

Dans ce guide qui évoluera avec le temps, je vais vous proposer différentes solutions pour différents besoins. Il faut dire que chaque cas est différent et que ce qui est important pour quelqu’un peut être négligeable pour un autre.

Je vais débuter par les informations techniques & pratiques à prendre en compte lors de l’achat d’un boîtier. Ensuite, je vais proposer des « kits » à vous procurer selon vos besoins.

Donc si l’aspect technique ne t’intéresse pas, skip tout de suite vers la fin…

welcome stephen colbert GIF by The Late Show With Stephen Colbert

Tu as été prévenu!


Le boîtier de caméra

Il y a deux grosses questions à se poser lorsqu’on achète une caméra.

  • Est-ce que l’image est belle?
  • Est-ce que la camĂ©ra est pratique?

Est-ce que l’image est belle?

Lorsqu’on parle de qualité de l’image, on ne parle pas nécessairement du nombre de pixels. Certaines caméras ayant une résolution 8k offrent une image nettement moins plaisante à l’oeil qu’une caméra ayant une résolution de 2k. Quand on parle de pixel, la qualité est plus importante que la quantité!

Qu’est-ce qui affecte la qualité? Plusieurs facteurs…

  • La taille du sensor,
  • le type de codec,
  • la rĂ©solution et le nombre d’images par seconde,
  • le « rolling shutter »,
  • le « dynamic range » et
  • la « color science » et profils de couleurs.

La raison pour laquelle ton téléphone cellulaire n’aura jamais une image aussi belle que celle d’un DSLR ou d’un mirrorless est simple: ton téléphone possède un sensor minuscule!

Voici une image qui démontre la taille du sensor d’un téléphone vs les alternatives dans le monde de la photo:

image

Les caméras vidéos les plus abordables vont avoir des sensors de type « Micro Four Thirds » (MFT), ensuite on va voir du « APS-C » et finalement du « Full Frame ».

Historiquement, quand on tournait sur du film (chose que Quentin Tarantino et plusieurs autres font encore soit dit en passant), on utilisait soit une pellicule 35mm (ou 70mm en IMAX).

Un appareil « Full Frame » est donc l’équivalent numérique d’une pellicule 35mm.

C’est pourquoi, lorsqu’on parle d’une longueur focale, on parle toujours selon l’équivalent en « Full Frame ». (Clique ici si tu ne sais pas ce que veut dire longueur focale.)

Si on veut avoir l’équivalent IMAX en numérique, il faut aller vers du hyper haut de gamme comme la Arri Alexa 65.

La règle est simple… Plus le sensor est gros, plus ça coûte cher. Autant l’appareil que les objectifs.

Mais ce n’est pas tout, ça veut aussi dire que chaque pixel est gros sur le sensor, ce qui veut également dire qu’il capte davantage de photons! (La grosseur du pixel est appelé pixel pitch.) Plus de lumière = plus de données = plus facile d’avoir de belles couleurs ainsi qu’à avoir une belle image lorsqu’il fait sombre.

Finalement, plus le sensor est gros, plus la distance entre les pixels des coins opposés est élevée, ce qui permet entre autre de mieux séparer le sujet du fond et ainsi obtenir l’effet « bokeh » qu’on aime tant.


(Sans bokeh Ă  gauche, avec Ă  droite)

Pour les codecs maintenant… Ça peut vraiment être complexe, mais je vais garder ça simple.

Dans le fonds, un des éléments à garder en tête lorsqu’on travaille avec la vidéo est le débit de données.

Plus une vidéo possède un haut débit, plus tu vas avoir d’informations dans ton image, plus ça va être beau et plus tu vas pouvoir corriger tes erreurs en post-production.

Ma Sony A7R3 enregistre en 4K à 100mbps. Une des critiques de cette caméra est que, outre ses performances exceptionnelles, son débit est relativement bas.

En comparaison, ma BMPCC4K qui coûte une fraction du prix me permet d’avoir jusqu’à 548 mbps de données!

Mais, qui dit plus de données, dit également ordinateur puissant et disques durs rapides à grande capacité. ($$$)

Avoir beaucoup de débit veut habituellement dire que les codecs enregistrent dans un « bit depth » élevé en ayant un « chroma subsampling » complet.

Ça semble compliqué (et ça l’est), mais je vais te mettre ça simple.

Chaque pixel contient des bits d’information. Plus tu as de bits, plus tu as des nuances dans tes couleurs (bit depth).

Les ciné-caméras enregistrent en 12 bits, les DLSR et Hybrides enregistrent en 8 ou 10 bits.

En comparaison, les appareils photos vont capter jsuqu’en 16 bits, ce qui permet de retoucher l’image à l’infini en photoshop.

Ma BMPCC4K enregistre en 12 et ma Sony A7R3 enregistre en 8, d’où l’énorme différence en bitrate que j’ai expliquée plus haut.

Non seulement ça, mais il existe différentes façons de capturer ces informations (chroma subsampling).

Pour faire simple, chaque pixel capte des informations sur la luminosité (Y) et la couleur (UV). Si tu vois YUV dans OBS ou ton logiciel de montage, c’est à ça que ça réfère.

Bref, dans le monde des caméras, on va surtout parler de ça pour parler du type d’infos qu’on conserve lors de l’encodage.

Ça va prendre la forme de de 3 chiffres séparés par des « : ».

Exemple, la Sony enregistre en 8bit 4:2:0 alors que le Canon EOS R enregistre en 10bit 4:2:2.

Dans cette comparaison, Canon offre donc de meilleurs codecs que Sony. (Ça varie selon l’appareil)

Rapidement, voici une petite grille qui permet de visualiser la différence:

image

Et si tu veux bien comprendre comment ça marche, cette courte vidéo explique très bien:

Pour aller plus loin, il y a également ce document d’Apple qui explique leur codec et passent en revue toute ces notions.

Bref… Pourquoi est-ce que je parle de ça? Eh bien ça fait un très bon pont envers l’autre considération: la résolution et le nombre d’images par secondes.

Règle générale, plus ta résolution est haute, plus ton image va être nette et meilleures seront les capacités lorsqu’il fait sombre.

Ceci étant dit, plus la résolution et le nombre d’images/seconde augmentent, plus le débit de données doit être haut!

C’est une des raisons qui explique pourquoi certaines caméras produisent une image en 1080p nettement supérieure que celle d’un compétiteur en 4k!

Règle générale, si tu peux shoot en 4K, fais-le (si ton ordi te permet d’éditer ça). Mais sinon, ne stresse pas avec la résolution.

Ă€ 90% du temps, tu vas filmer en 1080p/4K 24 ou 30 images/secondes.

Si tu veux faire du sport, alors 60 images/secondes est le minimum et si tu veux faire de beaux effets ralentis, ça va te prendre 120 images/secondes.

Parlons maintenant de « rolling shutter »…

Ton sensor de caméra, à moins d’avoir une caméra très coûteuse (& qui possède un « global shutter »), fonctionne ainsi:

Ton image est imprimé de haut en bas de façon linéaire.

Ça veut donc dire que, si tu es en mouvement ou que tu bouges ta caméra, ton image va ressembler à du jello!

Règle générale, plus le sensor est gros, plus l’effet est prononcé.

Il y a donc des côtés positifs à utiliser de plus petits sensors! :slight_smile:

Si tu veux filmer des entrevues, n’y pense même pas! Mais si tu veux avoir du mouvement dans tes shots, peut-être qu’une caméra avec un sensor plus petit va être plus pratique pour toi.

Autre considération majeure, le « dynamic range »!

Ne t’inquiète pas, ça sonne plus complexe que ça est.

À gauche, on n’a aucun dynamic range, à droite, on a beaucoup de dynamic range.

Dans le fond, cette métrique mesure à quel point la caméra peut enregistrer des informations sombres et claires en même temps.

C’est calculé en « stop » ou EV (Exposure Value).

N’importe quoi en haut de 13 EV est excellent. Il faut faire attention lorsqu’on regarde pour des DSLR et Mirrorless puisque le « dynamic range » en mode vidéo est toujours inférieur à ce qu’ils vont te donner en photo.

Le dernier élément à évaluer lorsqu’on parle de la qualité d’une image est la « color science » et les profils de couleurs. Si tu es geek comme moi, accroche ta tuque, tu vas être servi!

Comme notre oeil, chaque caméra possède un algorithme qui interprète le ratio d’ondes lumineuses sur un spectre pour déterminer quel pixel est quelle couleur.

Tu peux écouter ces vidéos pour comprendre un peu comment notre oeil (et les caméras) font pour deviner qu’est-ce qui est quoi!

Règle générale, reste dans les grandes marques (Canon, Sony, Panasonic, Nikon, etc). Ils ont tous une très bonne science de couleurs!

Là où on va voir des différences est dans les différents profils de couleurs supportés par les caméras. Certaines caméras vont permettre d’enregistrer dans un profil de couleur « plat ». C’est à dire que la caméra va réduire le contraste lors de la capture pour garder le plus d’information possible. Ensuite, en post-production, on va ajuster l’image au besoin pour avoir le contraste souhaité.

Lorsque tu débutes, tu n’as pas besoin de savoir tout ça. Mais, si tu es habitué et que ce genre d’infis t’intéresse, je t’invite à lire ce document de Sony qui explique en détail chaque élément à considérer lors de la sélection d’un profil de couleur.

Est-ce que la caméra est pratique?

Une caméra est un outil… Si tu n’aimes pas travailler avec, elle va finir par ramasser la poussière!

Il y a différents éléments à considérer pour évaluer l’utilisabilité d’une caméra. Peu importe l’aspect à considérer, un des facteurs va toujours être présent: le poids et la taille!

Il faut donc faire un choix important dès le départ: est-ce qu’on aime ça gros ou petit?

Certains vont dire qu’ils veulent un setup le plus petit et minimaliste possible, d’autres ne sont simplement pas comblés par un petit appareil.

Pour avoir testé les deux, je dirais que tout est une question de besoins!

Tsay… Oui c’est pratique d’avoir une caméra qui rentre dans notre poche (comme la rx100 vii). Mais en même temps, plus ta caméra est petite, plus elle va être limitée dans ses fonctions!

L’avantage des caméras de production comme la FX9, la C500 ou la Ursa Mini est qu’elles possèdent toutes une foule de fonctionnalités faites pour vous simplifier la vie comme des filtres ND intégrés pour ajuster la luminosité ou des prises XLR pour les micros.

La plupart des petites caméras (comme la BMPCC4K) n’ont aucune de ces fonctions et demandent beaucoup d’accessoires pour être agréables à utiliser.

Par exemple, voici une BMPCC4K stock:

Voici la même caméra avec ses accessoires:

Bref, tout le monde partage des défis similaires et, tout dépendamment de ta philosophie (agile et on the go vs gros kit en studio), l’approche pour régler le problème va être différente.

Ces défis tournent autour de:

  • La stabilisation de l’image
  • Le focus
  • Les capacitĂ©s audio
  • Les filtres
  • L’adaptabilitĂ© des lens
  • L’écran
  • La limite d’enregistrement
  • La facilitĂ© d’utilisation

Parlons stabilisation… Si tu n’as aucune solution pour te stabiliser, tu vas donner le mal de coeur aux gens qui écoutent tes vidéos!

Il existe plusieurs façons de stabiliser sa caméra (gimball, glidecam, shoulder rig), mais il faut également savoir que certaines caméras possèdent ce qu’on appelle de la stabilisation interne (IBIS: In Body Image Stabilization).

Certaines lens sont également stabilisées, on peut les reconnaître lorsqu’on voit la mention OSS (Optical SteadyShot).

À noter que IBIS et OSS sont principalement fait pour limiter le shake lors de la prise de photo (et non la vidéo) alors le résultat n’est pas toujours « naturel ».

Par contre, je suis en train de parler du côté pratique et, crois-moi, c’est fucking pratique d’avoir la possibilité de filmer sans avoir à traîner un paquet d’accessoires avec toi. Naturel ou pas, la stabilisation OSS et IBIS est un cadeau des cieux!

Règle générale, plus le sensor est petit, meilleure est la stabilisation (puisque plus tu as de l’espace pour faire bouger le sensor).

D’autres éléments vont influencer le shake de ta caméra, dont la taille et le poids.

Si tu as une grosse caméra qui pèse 15 lbs, ça va être facile d’avoir une image relativement stable en la tenant simplement dans tes mains.

On peut donc voir que les petites caméras règlent le problème du shake en ayant un plus petit sensor alors que les plus grosses caméras règlent le problème en étant simplement plus lourdes!

Si tu n’as aucune stabilisation, alors tu devras OBLIGATOIREMENT investir dans un système pour te stabiliser (ou laisser ta caméra sur un trépied).

Le 2e facteur à considérer pour évaluer l’utilisabilité d’une caméra est sa capacité à gérer le focus tout seul.

Règle générale, les caméras de cinéma n’ont JAMAIS d’autofocus et les seules compagnies qui offrent un autofocus décent présentement sont Canon et Sony.

Si tu veux te filmer seul, je te dirais que c’est une considération majeure. Ma première caméra n’avait pas d’autofocus continu durant la vidéo et j’en fais encore des cauchemars!

Autre élément important est l’enregistrement du son. Si tu optes pour un micro de qualité, les chances sont que ce dernier va avoir une prise XLR et aura besoin de Phantom Power.

Alors que les grosses caméras vont avoir ce genre de prises directement intégrées dans le corps de l’appareil, les plus petits appareils n’auront qu’une prise auxiliaire 1/8.

D’ailleurs, c’est important de vérifier avant d’acheter puisque ce ne sont pas tous les appareils qui permettent de brancher un micro! Et non seulement ça, mais ça vaut aussi la peine de pouvoir brancher des écouteurs pour vérifier la qualité du son!

Bref, pour contrer le problème, on peut utiliser un enregistreur externe comme le Zoom H5 ou le Tascam DR-60.

image
(Zoom H5)

image
(Tascam DR60Mkii)

Ces enregistreurs sont particulièrement pratiques lorsqu’on veut brancher un micro de type shotgun (plus sur ça plus tard dans le guide) et le percher au-dessus du sujet.

Si on veut prendre une solution Lavalier, on peut Ă©galement y aller avec un Sony UWP ou un Rode Link.

Finalement, si on veut mettre le micro directement sur la caméra (pour un vlogue), on peut également prendre un Rode VideoMicro ou un Rode VideoMic Pro Plus.

Finalement, en production vidéo, on est souvent appelé à utiliser des filtres pour réduire ou filtrer la lumière qui passe dans l’optique.

Il y a 3 façons de faire:

  • En ajoutant le filtre entre le sensor et l’optique
  • En vissant le filtre au bout de l’optique
  • En utilisant une matte box

La plupart des caméras de production vont avoir des filtres ND automatiques intégrés entre le sensor et l’optique.

Lorsqu’on est sur un DSLR ou Mirrorless, on peut reproduire le même effet en utilisant un ND Throttle.

image

L’avantage est qu’on n’a pas besoin d’acheter un filtre par taille d’optique, qui est la deuxième option.

Et finalement, il y a les matte box qui sont utilisées en cinéma. Ça coûte habituellement une beurrée, mais Polar Pro viennent d’en sortir une qui est relativement* abordable.

Le dernier élément à considérer est l’adaptabilité des lens.

Malheureusement pour nous les consommateurs, chaque compagnie utilise un mécanisme d’attache différent pour lier un optique au corps de la caméra.

Les ciné-caméras et les caméras de production ont souvent des lens mount interchangeables, mais dans l’univers des DSLR et des Mirrorless, on peut oublier ça!

Il faut donc rester dans l’écosystème de son boîtier ou encore utiliser un adapteur.

Bien souvent, l’adapteur va nuire à la performance de l’autofocus, alors même si c’est le fun de pouvoir utiliser une lens full-frame Canon sur un sensor MFT, il y a définitivement des inconvénients.

Le choix de l’écosystème est donc une décision importante.

Il faut dire que tes lentilles vont durer toute ta vie alors que ton boitier risque d’être désuet dans 5 ans. Contrairement à ce qu’on peut penser, tu dois investir beaucoup plus sur tes optiques que ton boitier!

Bref, il y a 2 choses ULTRA importantes à savoir…

  1. Sony n’aime pas jouer avec les autres.
  2. Chaque lens est faite pour une taille de sensor particulière.

Sony ne laisse le droit à personne d’adapter une de leur lens pour être utilisée sur autre chose que du Sony.

Si tu achètes une lens Sony, tu es pris avec Sony. C’est quelque chose que j’aurais aimé savoir avant d’acheter pour près de 10 000$ de leurs lenses!!!

Ensuite, chaque lens est faite pour couvrir une taille de sensor particulière.

Les 3 tailles qu’on voit le plus souvent sont MFT, aps-c et full frame.

C’est possible d’adapter une full frame sur un MFT, mais pas le contraire! Il faut donc garder ça en tête lorsqu’on magasine.

Metabone manufacturent des adapteurs qui permettent de condenser la lumière d’une lens full frame vers un sensor MFT!

Les lens MFT sont petites, légères et abordables alors que les lens full frame sont énormes, lourdes et très coûteuses.

Les écosystèmes les plus riches sont Canon E-mount et MFT.

Ensuite, c’est important de pouvoir regarder ce qu’on filme! Bien que je recommande d’utiliser un moniteur externe comme le SmallHdFocus, c’est également très pratique d’avoir un appareil qui possède un écran de qualité.

Ces Ă©crans doivent avoir 4 points:

  • La luminositĂ©. L’idĂ©e est de voir ce qu’on fait, mĂŞme en plein jour.
  • Une bonne rĂ©solution. Ça permet de bien faire son focus.
  • Un bon rendu des couleurs… On fait de la vidĂ©o, c’est important de pouvoir se fier Ă  son moniteur!
  • ĂŠtre articulable. Tu vas filmer dans 1001 positions! Il faut pouvoir ajuster le moniteur au besoin.

Avant dernier point, la fameuse limite d’enregistrement!!!

Si tu veux enregistrer de longues vidéos, comme des entrevues, c’est important de savoir que la plupart des appareils ont une limite d’enregistrement de 30 minutes! C’est dû à une histoire de douanes aux EU. Ceci étant dit, la réglementation vient de changer alors ce problème devrait graduellement disparaître au fil du temps.

Finalement, il y a la simplicité du système de menu.

Tout ceci est bien sûr subjectif, mais pour avoir testé BlackMagic, Canon et Sony, je les placerais exactement dans cet ordre au niveau de la facilité. BlackMagic étant loiiiiiin devant!

Le logiciel de montage

C’est bien beau de prendre des vidéos, mais encore faut-il les éditer et faire le montage.

Le logiciel que je recommande est Davinci Resolve.

Il est gratuit, disponible sur Mac, Pc et Linux. Il est ultra flexible et permet de faire montage, traitement du son, coloration, vfx et encodage.

C’est simplement un no brainer, prenez ça!

J’ai fait un petit Facebook Live où je présente le logiciel ici:


Les kits

On est maintenant rendus dans la partie le fun de ce guide! Je vais vous présenter quelques kits préfaits que j’ai montés selon certains besoins.

Pour ceux qui ont lu jusqu’ici, j’ai juste un mot à dire: félicitation! :partying_face:

Le kit ultime du vlogueur/youtubeur!

Voici les considérations importantes pour un vlogueur:

  • Le poids
  • La taille
  • La stabilisation
  • L’autofocus
  • Ports audio
  • Un Ă©cran articulĂ©

Ça prend également un micro ainsi qu’une lens ayant une longueur focale de 16 à 24 mm en équivalent Full Frame.


Sony rx100 M7

Spécifications.

Il s’agit d’un point and shoot très compact qu’on peut traîner partout avec soi. L’appareil est équipé d’un sensor de taille MFT.

Ce qui est particulièrement intéressant est la lens 24-200mm qui donne une belle flexibilité d’utilisation!


Olympus EM5 III

Spécifications.

C’est une toute nouvelle caméra faite spécifiquement avec les vlogueurs en tête. Il s’agit d’un sensor et mount MFT, ce qui donne l’embarras du choix pour la lens!

La stabilisation est excellente.

Étant un MFT, le crop factor est de 2. Ce qui veut dire qu’on doit utiliser des lens entre 8 et 12mm. J’ai trouvé la Leica 12mm f/14.


Sony A6600

Spécifications.

Il s’agit d’un appareil APS-C. Le crop factor est de 1.6, il faut donc avoir une lens allant entre 10 et 15mm pour que ce soit confortable en vloguant.

L’appareil possède une stabilisation interne, enregistre en 4K et n’a aucune limite d’enregistrement.

Côté lens, tu as vraiment deux choix. La Sony 16mm F2.8 ou la Sony 10-18mm f4 OSS.

La deuxième est stabilisée, mais coûte deux fois le prix et n’a pas une très grande ouverture (F4). Ça veut dire peu de flou d’arrière plan et pas très performant en low light. Ceci étant dit, le format vlogue ne demande pas trop de flou ou de low light alors ça reste un bon choix!


Il existe également des options du côté de

À venir…

Je m’attendais à faire quelques lignes… Mais ça a bien l’air que je me suis emporté!

Je vais donc périodiquement mettre ce sujet à jour pour ajouter des « kits » ainsi que des choses à connaître pour bien choisir son équipement!

Le kit parfait:

  • Pour rĂ©aliser une entrevue
  • Pour faire des Facebook Live

Les considérations lors du choix de…

  • Son optique
  • Son micro
  • Son Ă©clairage
  • Ses accessoires

N’hésitez pas à commenter ce sujet si jamais vous avez des questions!

9 J'aimes