BONJOUR !

Qu'aimerais-tu faire?

Wouah! C'est le moment de me présenter! Euh…

Wouah! C'est le moment de me présenter! Euh…
0.0 0

(Éric Labonté) #1

C’est que je ne sais jamais trop par quoi commencer.

Je suis originaire de Rimouski. Mes deux petites soeurs et mon petit frère aussi. Tranche de vie. Mine de rien, c’est 14 mots de plus! Ahahah!

Mais non, plus sérieusement… Me voici.

J’ai été placé une partie de ma vie. Disons que mes parents ne pouvaient m’aider autant que je l’aurais souhaité. Des parents pour m’aider à bien me déployer, à me faire confiance. À me permettre de vivre et m’exprimer dans un environnement sans violence.

Des parents pour m’apprendre à être plutôt qu’à plaire.

On me disait intelligent, mais on me reprochait de ne pas l’être à bon escient. Mon temps passait dans le bénévolat, le journal étudiant et toute activité qui sollicitait ma créativité. Ce qui me passionnait au détriment de ce pour quoi je n’avais aucun intérêt. Je m’en foutais.

Je tentais de faire ma place parmi un monde qui m’isolait et ne m’acceptait pas. J’étais rejeté à l’école, frappé à la maison quand j’y vivais. Mais j’avais une force en moi qui me poussait à continuer. Pas question de lâcher. Quitte à me rebeller.

J’ai décroché de l’école aussitôt que j’ai eu l’âge de le décider. Je me suis mis à travailler dans un fast-food. J’impressionnais par la qualité de mon travail, par ma façon de communiquer, de performer. Mais Dieu que j’étais malheureux.

Et j’ai eu 18 ans. J’étais enfin libre… Libre!!! Une dizaine de ressources d’accueil plus tard, autant de travailleurs sociaux et le double en déménagements, on m’a donné un chèque, souhaité bonne chance et on m’a montré la sortie.

Ma situation s’est un peu plus chaque jour détériorée. Pourtant, n’était-ce pas ce que j’attendais pour enfin pouvoir choisir et être heureux? La majorité… la liberté…

Je n’y arrivais pas. Et je m’en voulais énormément.

Je me suis mis à fréquenter les ressources pour jeunes itinérants. J’ai commencé à me droguer. Suicidaire, la psychiatrie s’en est mêlé. Ça s’est terminé en hospitalisations et en beaucoup de prescriptions. Sans trop savoir ce qu’on me donnait, sans prendre le temps de comprendre. On ne savait, on ne voulait ou on ne pouvait faire autrement. J’étais entré dans un autre système. Plein à craquer et épuisé. Mais somme toute rassurant. J’y retrouvais mes repères. Un monde de conditionnement et où les solutions offertes sont à prendre… ou à laisser.

En 2008, j’ai créé un groupe Facebook en lien avec les centres jeunesse. D’abord pour blâmer et critiquer sans recul le système, mais j’ai rapidement réalisé, impuissant, que je devais cesser de me faire souffrir en ressassant le passé. Je ne savais pas trop comment, mais une prise de conscience était née.

À mes 25 ans, j’ai fantasmé à l’idée d’aller en Chine sans vraiment trop planifier en revenir. Mais la vie avait pour moi d’autres projets. Je suis allé vivre avec des moines. Je suis parti dans l’Ouest où j’y ai travaillé un an. Et j’ai surtout commencé à étudier la psychosociologie. Ça m’a en grande partie réconcilié. Je ne voulais plus être victime. Plus j’apprenais à me connaître et plus je renouais avec qui j’étais. Que ça faisait du bien!

Mais demeurait cet appel à faire plus pour moi et les autres. Quelques années ont passé. Et ça s’est tranquillement défini. C’est une ressource pour jeunes que je voulais! Pour ces petits doués et remplis de talents qui finissent par croire qu’il vaut mieux se détruire, se révolter ou s’éteindre plutôt que de s’impliquer. Une ressource inspirée du meilleur que j’ai eu la chance de rencontrer. Un lieu, mais surtout une communauté pour les accueillir et les accompagner à leur sortie d’un parcours de vie déficient d’amour et d’ouverture au changement.

Pour s’impliquer avec eux pour qu’ils puissent renouer avec ce qu’ils ont toujours eu profondément envie de faire de leur vie. Pour qu’ils puissent faire les choix qui s’imposent et s’offrir le recul pour y croire à nouveau. En retrouvant ou en rencontrant des gens extraordinaires et bienfaisants. Pour enfin croire que la vie n’est pas faite que de souffrance et d’empêchements. Que ce don unique qu’ils portent mérite d’être exprimé et partagé.

Via une ressource vouée à la lutte à la pauvreté et à l’exclusion sociale chez les jeunes par une approche intergénérationnelle, socioresponsable et entrepreneuriale.

En d’autres mots, offrir à de jeunes adultes un milieu de vie et un accompagnement propices à l’épanouissement de leurs capacités pour favoriser la découverte de leur mission de vie et en offrant la mobilisation communautaire nécessaire à la réalisation de leurs projets respectifs.

Mon espace XYZ, c’est le nom du projet, jettera les bases d’un modèle d’accompagnement en résidence d’une durée de 2 à 5 ans ayant comme volets d’exploration et de spécialisation l’agriculture, les arts et la culture, l’entrepreneuriat et la santé globale.

Pour y parvenir, je compte récolter 555 000$ d’ici juillet 2023 au moyen de revenus autonomes générés entre autres par la vente de services et de produits fournis par la communauté XYZ, par des publications ainsi que par des subventions gouvernementales, diverses formes de dons et campagnes de sociofinancement.

2019 sera l’occasion pour moi de visiter plusieurs ressources en France, spécialisées dans l’accompagnement d’adultes doués et dans la mise en place de modèles éducatifs alternatifs. Pour le moment, je prévois autofinancer le tout via un PVT, un permis vacances-travail.

Au terme des dix premières années d’existence de l’organisme, j’aimerais qu’il devienne affilié à l’Université du Québec à Rimouski par le biais de son département de psychosociologie et de travail social. Pour faciliter la recherche et le partage de connaissances, mais aussi pour favoriser la diplomation de jeunes au parcours de vie difficile qui, une fois épanouis, comptent parmi les meilleurs intervenants.

C’est le projet que je porte et pourquoi je me suis inscrit ici. Pour m’outiller, m’inspirer, me lancer. Et peut-être croiser le chemin de gens qui seront interpellés et intéressés à m’aider.

Merci d’avoir pris le temps de me lire :slight_smile: À bientôt!


En Formation!
(Marie-Pierre Guignard) #2

Wow Éric @monespacexyz, tout un parcours. C’est émouvant.
Bravo pour tout ce que tu as réalisé et où tu es rendu aujourd’hui.

Je te souhaite le meilleur dans ton projet et n’hésite surtout pas à utiliser la communauté pour poser tes questions au besoin! :slight_smile:

C’est un plaisir de te compter parmi nous!


(Éric Labonté) #3

@Marie_Pierre Merci ! :face_with_hand_over_mouth:


(Olivier Lambert) #4

Bonjour et bienvenue dans notre communauté!

C’est vraiment une belle mission. J’ai travaillé 5 ans en maison de jeunes et j’ai pu accompagner quelques jeunes qui connaissait beaucoup de problèmes à traverser l’adolescence. Pas facile ces ados, ils croient tout savoir :stuck_out_tongue:

Très certainement qu’il existe de l’aide gouvernementale pour un projet similaire. Je t’incites fortement à contacter le député de ton comté.

N’hésite pas à poser tes questions, on n’a peut-être pas la réponse parfaite, mais on a toujours pleins d’idées :slight_smile:


(Éric Labonté) #5

Ahh… Ils ont appris ça à quelque part, hein! Mais oui, c’est un beau défi que d’entrer en contact avec eux et d’utiliser beaucoup de… psychologie inversée? :sweat_smile:

Je ne savais pas pour ton travail en maison de jeunes. C’est cool… Décidément, t’as plein de cordes à ton arc!

Pour le député, absolument… Et peut-être aurais-je eu intérêt à mieux détailler mes attentes par rapport à La Tranchée. Mais déjà, ça me convient. Par les ressources que j’y trouve et le sentiment de sécurité que procure d’être entouré de professionnels compétents, motivés et motivants!

La suite à venir dans le Journal de progrès!

Merci :pray:


(Marie-Michèle Doyon) #6

Wow Éric, quelle présentation touchante… Je te souhaite tout le succès et le bonheur que tu mérites dans cette aventure! Je te félicite de te dédier à une cause si importante!

Une bonne amie à moi travaille depuis plusieurs années dans la Maison des Jeunes de Boischatel, juste à côté de Québec, et déplore justement le manque de ressources pour les jeunes adultes. Je vais lui parler de ton projet, je suis sûre qu’elle va adorer! Elle et sa coordonnatrice ont d’ailleurs mené un grand sondage auprès de leurs jeunes actuels et anciens jeunes pour mieux définir les besoins à combler par l’organisme, car elles trouvent le modèle de Mdj trop rigide.

Les volets intergénérationnels et l’agriculture me touchent particulièrement, car j’ai des projets qui touchent ces domaines. Je vais lire ton journal de progrès avec attention! :slight_smile:


(Éric Labonté) #7

Merci beaucoup, @mariemichele.doyon :relaxed: Je t’en souhaite tout autant avec Le Peuplier :heart:

L’agriculture, l’environnement, l’autosuffisance… Tous des sujets qui seront aussi au coeur de nos moyens pour l’atteinte de notre mission… Ça me ferait plaisir d’en discuter plus longuement au moment de monter le programme de l’organisme :clap:

Jean-Martin Fortier m’inspire actuellement beaucoup pour le volet agriculture…

Ce que je souhaite, c’est d’offrir aux jeunes la possibilité de le faire à microéchelle, à l’intérieur si nécessaire, ou à plus grande échelle, par exemple pour les besoins alimentaires de l’organisme et la vente de produits maraichers, un moyen de plus de s’autofinancer.

Donner envie aux gens de retrouver la volonté de bien s’alimenter. Dit-il en mangeant des chips :joy: Bon. Aussi retrouver le plaisir de cultiver la terre. Peu importe notre situation. Rendre ça plus accessible. Que ça puisse ne pas sembler être une corvée, mais plutôt un moyen de plus pour se rapprocher de l’équilibre souhaité.

Ce sera une aventure sur 5 ans. Pour moi et pour les jeunes. Il y aura donc beaucoup de contenu. Le défi est de rendre ça le plus expérientiel possible. Apprendre la théorie par l’action. Favoriser la prise de conscience.

C’est très apprécié… Tu peux en parler autant que tu veux! :grinning::heart_eyes:

Si déjà il y a la possibilité pour moi d’établir certaines collaborations ou partenariats, de se partager certaines informations… Ce serait super. C’est d’ailleurs dans mes objectifs à moyen terme (la prochaine année et demi) de visiter plusieurs ressources dédiées aux jeunes. Est-ce que tu sais si le résultat de ce sondage est public?

C’est le fun, merci… Je l’ai commencé ici. Doucement, ça prend forme! Pour le moment, pas très technique. Plus introspectif :blush:

À plus!


(Marie-Michèle Doyon) #8

Merci beaucoup à toi également Éric!

Assurément, il me ferait aussi plaisir d’en discuter et de pouvoir aider à cette belle mission!

Avec la Maison des Jeunes où mon amie travaille, nous avions organisé une soirée d’échanges sur différents moyens d’avoir un impact positif sur l’environnement, ça été une très belle activité! Pour faire suite à cela, nous allons nettoyer les berges du St-Laurent ensemble dans 2 semaines. Je trouve comme toi qu’il est important d’apprendre la théorie par l’action. En plus, ça fait du bien de voir la différence qu’on peut faire, le avant après.

Ton projet me fait penser à un autre, dont mon père m’avait parlé car il trouvait ça merveilleux comme idée, je crois que tu vas adorer : Les jardins de Cocagne!

Les Jardins de Cocagne accueillent des femmes et des hommes de tout âge, en situation précaire et rencontrant des difficultés d’ordre professionnel, social ou personnel. A travers la production de légumes biologiques, distribués sous forme de paniers hebdomadaires à des adhérents-consommateurs, les Jardins de Cocagne permettent à ces personnes de retrouver un emploi et de (re)construire un projet professionnel et personnel.

Plus près de nous, ça me fait aussi penser à la présentation d’Annie sur Le Peuplier :

IL y a plusieurs années, je travaillais auprès de personnes qui avaient des difficultés en santé mentale, Ces personnes devaient vivre et fonctionner avec très peu et ils sentaient le regard des gens sur eux comme s’ils étaient marqués, comme si tout le monde savaient qu’ils n’avaient “les moyens” de vivre une vie de fou à un rythme de fou. Et moi je me questionnais “les moyens de quoi au juste?”…
puis j’ai décidé de partager un petit peu de ma vision des choses, de l’autosuffisance, de la simplicité et de l’écologie, je leur ai partagé la passion qui m’animait. Et j’ai pu voir plusieurs personnes arrêter de subir le manque de sous, le regard des autres… et cultiver un plaisir et une immense satisfaction dans le fait de s’accorder avec la nature, avec la vie autour, de faire des choses par soi-même plutôt que de tout acheter. C’est incroyable comme à un moment donné nos besoins ou nos envies peuvent tomber et faire la place au contentement!

Le mieux serait que tu puisses les rencontrer :blush: Je crois que le sondage n’est pas encore terminé, mais je suis certaine qu’elles seraient heureuses de te partager leurs conclusions jusqu’ici, ou lorsqu’il sera terminé. Je viens d’écrire à mon amie pour lui en parler! À suivre!


(Éric Labonté) #9

Yéééé :blush:

Merci :+1: En mon nom et en celui du Fleuve, tiens. Je l’ai à deux pas de chez-moi ces temps-ci… C’est agréable de le voir aussi beau. Ressourçant comme pas un… Fort, fragile… Il me fascine. On ne réalise pas encore tout à fait collectivement son importance… et notre chance! Heureusement que nous en prenons de plus en plus conscience! Il y a de la belle sensibilisation et heureux de voir que vous en faites partie! Je suis curieux de voir des photos si vous en publiez éventuellement!

J’ajoute à ma liste d’activités.

Personnellement, j’avais participé un peu à reculon à une collecte de déchets en kayak dans les bayous au Texas… On nous avertissait de ne pas se mettre les mains directement dans l’eau… trop toxique… On y trouvait de tout. De la peinture, des pneus, des paniers d’épicerie. WTF. Ça m’a traumatisé. J’en suis ressorti sensibilisé pour toujours et désireux d’améliorer les choses! On ne peut plus les voir de la même façon…

Une exposition à Montréal, aussi. One Drop. Ma soeur m’en parle encore dix ans après.

J’aime beaucoup le rappel du avant/après. Rien de plus motivant! Du concret, rapidement. Ça nous garde dans l’action. Il y a encore et toujours du plaisir, du défi. Particulièrement pour notre génération et la suivante, je crois que c’est essentiel.

Encore de superbes ressources et de magnifiques projets… C’est vraiment encourageant de voir autant de belles initiatives. On se sent moins seul à vouloir améliorer le monde. Chacun à notre façon, mais avec ce souhait unique d’y contribuer.

Ok! À suivre! Ton message m’a fait du bien! :slight_smile: Merci


(Marie-Michèle Doyon) #10

Super, on sera heureux de t’accueillir si ça te dit toujours! Ce serait d’ailleurs une belle occasion de parler avec les gens de la Maison des jeunes de leur concertation pour l’avenir de l’organisation, et des enjeux en lien avec ton projet, si tu en as envie?

:mask: j’appréhende un peu ce qu’on va trouver samedi justement, mais c’est correct, au moins ça ne sera plus dans le nature!

Absolument!

Au plaisir de te voir samedi et sinon, au plaisir d’échanger à nouveau!


(Éric Labonté) #11

Allô Marie-Michèle!!!

Ouf! Désolé pour la méprise! C’était dans le sens d’activités à mettre au programme de la longue liste de celles qui seront pratiquées par les jeunes de l’organisme.

Je serais allé à la vôtre, mais je suis un peu loin et je reviens tout juste d’une longue promenade sur le pouce pour me rendre à Montréal et rencontrer des intéressés à s’impliquer.

Toute une promenade!!!

Vraiment. Toutefois, je me suis aperçu suite à les deux dernières semaines qu’il était facile de m’éparpiller et de perdre un peu le focus sur les priorités.

Pour ma part, je vais remettre à un peu plus tard mon abonnement et mon implication auprès de La Tranchée. Non pas que ça ne m’est pas utile, mais je vois toute la nécessité de me concentrer d’abord sur une rédaction efficace de mon plan d’affaires ainsi que sur la création de l’organisme. La recherche, la rédaction de demandes de subventions… Le travail ne manque pas :sweat_smile:

J’ai déjà quelques connaissances de base dans l’utilisation des outils publicitaires sur Facebook. Je vais m’en contenter pour le moment.

Et surtout, prendre le temps de lire toutes les ressources acquises au fil du temps. Entre autres Double ta valeur d’@Olivier_Lambert. Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études d’Olivier Roland. Le guide pratique sur l’impact. J’en ai et j’en ai… J’ai juste besoin de prendre du temps pour m’y attarder.

Je demeure accessible via le [email protected] et vous pouvez bien sûr aimer la page Facebook, lentement mais sûrement en évolution!

Merci à tous ceux et celles qui ont ou ont eu un intérêt pour mon projet. Qui ont répondu à mes questions :innocent::muscle: C’est trèèèès précieux.

À bientôt!