Ma première lettre de vente... (angoisse!) ;-)

Ma première lettre de vente... (angoisse!) ;-)
0
(Christian ) #1

Ne riez pas, je suis stressé! haha!
Voici ma première lettre de vente à vie. Même si j’ai tenté de suivre les conseils qu’il y a un peu partout ici, ça reste une première tentative alors… si pour moi c’est la version 8.0, je sais qu’ici, on retombe à 1.0. Mais c’est ça le but.

First, pas évident de trouver un problème et une solution quand il s’agit d’un roman de fiction! J’ai joué sur deux ou trois choses (on lit toujours la même chose en région, l’appartenance, et le “nous aussi on est capable!”) . Je ne sais pas si mon angle est bon, mais y’a rien comme lancer ça dans l’univers pour avoir des feedback, ce qui est le titre de cette catégorie dans le forum :wink:

Donc, voici:

TITRE À DÉFINIR

Salut à toi,

J’aimerais te poser une question. Pourquoi, lorsqu’on veut lire un roman historique dont l’action se passe dans une région, il faut toujours que ce soit nostalgique??

Je veux dire… tu ne trouves pas qu’il y aurait moyen de lire autre chose que des histoires larmoyantes qui nous ramènent à nos parents qui recevaient une pomme à Noël?

Qu’on s’entende, moi, je n’ai absolument rien contre ces romans, ce n’est pas ça mon point. Mon point, c’est qu’on a l’impression que c’est juste à ça que nous avons accès dès que le mot « historique » apparaît sur le livre.

Ce que je dis est tellement vrai qu’il y a quelques jours, une personne a commenté une petite publicité de mon roman en disant « Bon! Encore des charrettes à poches! »

Dans ses mots à lui, il constatait la même chose que moi: en région, on dirait qu’on est incapable d’explorer de nouveaux territoires quand il s’agit du passé.

Je ne sais pas pour toi, mais moi, j’ai abandonné ce style de lecture avec le temps.

Je ne peux en vouloir à cette personne, parce que sur le fond, elle avait raison : comme ça a toujours été ainsi, pourquoi il en serait autrement avec le mien? À sa place, j’aurais eu la même réaction. Et sans doute que toi aussi.

Montréal, lui, peut le faire. Mais pas nous? Voyons! Ça n’a aucun sens, ça.

Sauf que cette personne, concernant mon roman, se trompe complètement.

Voici pourquoi.

Quand j’ai commencé à écrire cette saga de trois tomes, je me suis dit que j’allais tout faire pour éviter ce que je t’ai décrit plus haut. De grandes déclarations poétiques sur l’immensité de nos forêts et la misère noire de nos ancêtres, on en a eu, et en masse.

S’il y a une chose que je peux te garantir concernant mon histoire, c’est que je laisse la poésie aux poètes.

Ça va être remplacé par quoi? De l’action, du fantastique, des méchants qui sont méchants et une trame que tu ne verras jamais venir.

Où tout cela va se passer en grande partie? « Drette icitte », comme on dit au Lac. Non, il n’y a pas juste Montréal qui est capable de sortir des sentiers battus (et rebattus).

Tu as envie de vivre cette expérience différente de toutes les autres? Voici ce que je te propose.

Tu vas cliquer sur le lien un peu plus bas, et je vais t’envoyer le premier chapitre de mon roman. Ça ne t’engage à RIEN, sauf d’avoir l’occasion de voir si ça va te plaire.

Après ta lecture, ce sera à toi de décider si tu veux en lire plus. Tu vas lire ce chapitre dans une page cachée du site Internet consacré à mon roman, alors tu pourras naviguer dans les menus pour y trouver toutes les informations que tu veux.

Mais avant tout ça, [clique ici] et va lire.

Ho! Oui… Évidemment, je n’envoie pas manuellement le chapitre à chaque personne qui en fait la demande. Je passerais mes journées à faire ça! Alors comme c’est un truc automatique, il se peut que ta boîte courriel n’aime pas et te mette ça dans ta boîte des indésirables. Si tu ne vois rien apparaître dans les secondes suivant ta demande, va voir là, il y sera.

Au plaisir de garder le contact,

Christian.

(Mathieu ) #2

Je trouve que ton intro, la partie avant cette phrase est un peu longue… Je comprends ton point, mais tu as utilisé 15 phrases pour l’amener, c’est un peu long. Tu vas perdre du monde avant d’arriver au bout où tu parles de ton livre. J’essaierais de résumer ça en 4-5 phrases.

Le reste j’aime bien! Lâche pas! :slight_smile:

(Christian ) #3

Merci pour ton conseil. J’ai coupé ce qui était, ou me semblait, répétitif.
Je viens de lancer ça dans Facebook avec 5 titres différents pour voir ce qui capte le mieux. À suivre…

(Marie-Claude) #4

Dans Facebook ? Ça m’apparait un peu long pour FB mais une longueur parfaite pour un courriel. Si jamais t’as une liste à qui envoyer, j’irais avec ça…
Sinon, pour le contenu, j’ai bien aimé. Particulièrement l’emphase mis sur le fait qu’on est capable en région. Ça mobilise je trouve.
J’aurais remplacé “Ça ne t’engage à rien…” par “Tu risques juste que ça te plaise et de te sentir obligé de lire le reste ;)”
Félicitations !
Tu nous raconteras ce que ça a donné ?

(Christian ) #5

Merci!
Oui j’ai vu ça à quelques reprises dernièrement sur mon fil, de mettre la lettre de vente directement sur Facebook avec l’image et le lien qui mène à la capture du courriel. Je voulais voir ce que ça donnait faire ça comme ça.

Oui oui pour ma liste ça va partir demain matin :slight_smile: