Le retard du Québec en ecommerce: épine dans le pied ou opportunité?

Le retard du Québec en ecommerce: épine dans le pied ou opportunité?
0

(Melodie Lambert) #1

Lien vers l'article: https://www.latranchee.com/le-retard-du-quebec-en-ecommerce-epine-dans-le-pied-ou-opportunite/

En 2018, un commerçant qui boude le commerce électronique se prive d’une très grande part du marché. Il y a un trou au fonds de sa bourse et il se trouve des excuses pour ne pas s’en occuper. C’est aussi simple que ça. Chaque année, le commerce électronique gagne du terrain et les habitudes des consommateurs évoluent en parallèle. S’intéresser et s’adapter à cette réalité relève donc d’une logique des plus basiques. C’est pourquoi il est très important d’être au fait des études sur le comportement des cyberconsommateurs et l’état général du commerce électronique. Après tout, avant d’investir dans le développement d’un ecommerce, il vaut mieux s’assurer qu’on accorde notre priorité aux bons endroits! Alors, qu’en est-il donc du ecommerce québécois ces années-ci, et qu’est-ce que les plus récentes études ont à nous révéler pour nous aider à orienter nos efforts de développement? Le résultat des enquêtes réalisées par le CEFRIO sur l’Indice du commerce électronique au Québec et les données de NETendances vont nous permettre de répondre à ces questions. Portrait des achats en ligne On sait que les Québécois accusent un retard au niveau technologique. Selon ce que révèle Jean-François Gauthier, président-directeur général de l’Institut de gouvernance numérique dans une entrevue pour le Journal de Québec, on parlerait même « facilement » d’un retard de 20 ans. Pour que nos entreprises demeurent concurrentielles, de nombreux efforts ont été déployés pour rattraper ce retard au cours des dernières années. Mais est-ce que ces efforts ont porté fruit dans le domaine du ecommerce? Voici quelques statistiques qui brossent un portrait général des ventes en ligne au Québec dans les dernières années: Quelle est la proportion de cyberacheteurs? En 2017, 58 % des adultes québécois, en moyenne, ont effectué au moins un achat en ligne Ce chiffre était de 49,4 % en 2014.…


(Simon Brisson) #2

Très bon article Mélodie,

J’ai justement lancé ma première boutique en ligne il y a un ans et c’est bien de voir qu’il y a une croissance des acheteurs et quelle âge ont les acheteurs en moyenne…
Cela va m’aider dans mes capamgnes de pub Facebook :slight_smile:

Je trouvais que les gens de 55 ans et plus étais assez facile à attirer des commentaires et des visites sur mon site mais pas nécessairement des ventes, avec ton article cela m’a montré que ce n’est justement pas les meilleurs acheteurs, surtout pour moi qui vend des produits sur mesure…

Lâchez pas votre bon travail!


(Veronique Alber) #3

Merci pour cet article fortement intéressant.
Je me pose la question suivante ;

  • est-il intéressant pour une entreprise située en France d’acheter nom de domaine spécifique au Québec pour obtenir une visibilité au Québec ? Est ce que cela vaut le coup ?
  • ayant un site en .com, comment toucher les québécois avec nos produits made in france ?

Après je pense que google et autres savent où nous nous situons géographiquement… donc cela doit peut-être pénaliser pour un développement hors de nos frontières ?


(Olivier Lambert) #4

Boff… Vaut mieux simplement prendre le *.com et vendre partout! Tu n’as qu’à localiser les prix avec un plugin dans le genre (ce n’est pas une recommandation, je ne connais pas):

Le plus difficile va être d’avoir des frais de shipping raisonnables si tu n’as pas d’entrepôts ici!


(Veronique Alber) #5

Oui Oli tu as entièrement raison ! Mais pourquoi pas à l’occasion d’une expo venir avec du stock en avion dans une valise ;o))) On verra bien le moment venu. Merci à toi pour l’info du plgin, je vais regarder malgré tout !