Le niveau de conscience du prospect

Bonjour tout le monde,

alors voilà je commence tout juste à mettre en place les stratégies Facebook,
je suis donc à déterminer le niveau de conscience de mon prospect.

je propose un accompagnement qui aide les gens à surmonter la crise adultère. Je vise un partenaire trompé dont les deux membres du couple veulent reconstruire la relation.

je voudrais votre avis. Vu l’engagement émotionnel d’une telle situation, il me semble que mon prospect sur Facebook est déjà conscient qu’il a un problème.

Mais je pense aussi que mon prospect peut :
-soit ne pas savoir s’il veut pardonner ou pas ( il faut que ma pub soit indirecte, il faut avant tout que je l’aide à prendre sa décision?)

  • soit avoir déjà pris une décision, celle de pardonner (il faut que ma pub soit directe, il faut que je parle de mon accompagnement?)

dans ce cas là, est-ce que je dois vraiment trancher,
ou bien faire deux campagnes Facebook différentes?

merci à vous de m’avoir lu.

Agnès

4 J'aimes

Salut Agnes, est-ce que tu peux clarifier avec qui tu veux travailler?

-Celui qui a trompé son partenaire?

-celui qui a été trompé?

-le couple (les 2 parties)

Parce que le message va être très différent :wink:

Bonjour Alex, merci pour ton retour
je veux travailler avec celui qui a été trompé. Ma solution c’est un accompagnement qui l’aide à comprendre, à pardonner et à reconstruire.

seulement je me pose des questions sur son niveau de conscience.

il me semble que la question qui est dans la tête de ce prospect, c’est de savoir s’il faut pardonner. c’est le marketing indirecte que je fais sur mon blog et qui converti le plus.

après mes réflexions il me semble que je peux aussi l’appliquer sur Facebook.

voilà pourquoi j’aimerais vos avis

merci encore!

Je comprend ton questionnement.

Maintenant, je crois que le fais de se demander s’ils veulent pardonner c’est d’être conscient du problème.

Parce qu’ils sont au courant que la situation est arrivée et ils vont devoir prendre une décision.

Alors ils sont beaucoup plus « problem aware » que « completely unaware ».

Ils sont en quête de la solution pour régler leur problème.

Donc tu dois te poser comme question: Qu’est-ce qu’il veulent vraiment au fond d’eux? (deep desire)

Pour une situation s’infidélité tu vas te retrouver devant plusieurs désires:

  • Admiration des autres

  • Estime de soi

  • Esprit de revenge

  • Augmenter leur confience en soi

  • Garder leur image de soi ( la façon dont il se voit est affecté)

  • Être attirant(e) et désirable envers les autres

C’est ce qu’une personne qui se fait trompé peut ressentir et veut modifier.

Donc tu veux faire un pub qui va cibler le plus de ces émotions pour aller chercher le maximum de personnes qui ressentent ces émotions.

Je crois que la meilleure façon de faire dans ton domaine est de raconter une histoire de quelqu’un que tu as aider avec plusieurs de ces désires.

Dépendemment de l’émotion et du désire, tu vas t’adresser à différents profils
(ex: se n’est pas tout le monde qui veut se venger…).

Je comprends ton point de vouloir y aller indirect dans ton marketing mais la meilleure façcon d’y aller indirecte est de leur raconter une histoire qui va pointer vers ces désires/émotions.

Ne parle même pas de ce que tu fais à la limite, focus sur ce que la personne est devenue avec ton aide.

Selon ce que tu sais sur ta clientèle cible, tu va pouvoir faire 2-3 publicités différentes au besoin pour aller chercher tout le monde.

Et crois moi si ton histoire est bien raconter, tu devrais avoir une tonne de réactions sur ta publicité… beaucoup de gens vivent ce problème dans leur vie.

Quand tu auras écrit ta publicité, tu peux me la montrer ici ou en privé. Je vais t’aider pour l’aspect « Facebook compliance »… parce que oui, c’est un secteur qui peut être touchy pour la compliance.

Est-ce que tu as un cas qui pourrait de servir de pub?

Salut!

Il me semble, a priori, que peu importe ce que pense au départ la personne qui sentira le besoin de consulter, il y a de bonnes chances qu’elle soit mêlée. Il se peut aussi qu’elle pense qu’elle veut que sa réflexion prenne telle ou telle direction, mais pour des raisons plus ou moins intrinsèques.

À partir de là, il me semble que ce que je voudrais, c’est sentir de l’ouverture peu importe la direction que prendra ma réflexion en vivant l’accompagnement, que rien ne soit pris pour acquis et qu’on me reçoive vraiment là où j’en suis, mais sans complaisance si la réflexion laisse voir que je me trompe peut-être dans ce qui est vraiment ce que je souhaite ou qui est le mieux pour moi.

Dans cette perspective, c’est donc un terrain de réflexion que tu proposerais, donc la question de départ serait peut-être moins pertinente.

Mais bon. Je ne suis pas ferrée dans les concepts de publicité directe et indirecte.

Bonjour et Merci pour ta réponse Alex,
ton commentaire pousse ma réflexion

Je pense qu’à ce niveau, les personnes trompées ont le besoin de prendre la bonne décision.

que veux-tu dire par l’un de leur désire peut être d’admiration des autres?
merci en tout cas tu me donnes des pistes pour des produits complémentaires.

oui je vais focuser sur le comment la personne est devenu grâce à mon aide, merci.

c’est quoi facebook compliance?
en tout cas merci pour ton aide
je vais trouver un client que j’ai aidé dont je peux m’inspirer.

:wink:

La personne qui est trompée veut regagner l’admiration de son partenaire. Le fait que son partenaire choisisse quelqu’un d’autre pour la tromper, veut inévitablement dire qu’elle vient de passer en deuxième. C’est donc une perte d’admiration. Certaine personnes ont absolument besoin d’être admirer pour se sentir bien… Si cette personne n’est pas capable de retrouver se sentiment avec son conjoint, il a beaucoup de chance qu’elle décide de trouver quelqu’un d’autre au finale.

Ce sont les règles de publications Facebook. Beaucoup de gens croit que lorsque leur pub est accepté, cela veut dire que tout est OK. La réalité est que tu peux passer le premier tri car tout est OK. Par la suite, selon la composition de ta publicité, l’algorithme va te pénaliser pour l’utilisation de certains mots ou certaines promesses irréelles.

En gros, l’algorythme Facebook tient à garder l’expérience de l’utilisateur positive. Facebook va même analyser ton tunnel de vente pour voir si tu respectes ce que tu dis dans ta publicité. Tu comprendras que ca ne peut pas ce faire tout sur le premier scan par l’algorythme.

La majorité des gens ne voit pas ca passer car il ne dépense pas assez en publicité. Donc ils n’ont pas vraiment de feedback de facebook. Par contre, leur lead peut coûter plus cher, leur publicité a moins de visibilité et ainsi de suite…

Sneaky Facebook!

Hope it help :slight_smile:

De façon générale, c’est très difficile (voir impossible dans la plupart des cas), de présumer de cet état de conscience dont du parle.

Le client est-il conscient de son problème? En fait, peut-être pas.

Je te donne un exemple : je travaille dans le domaine de la toxicomanie. Les gens qui viennent au centre de thérapie sont en général des gens qui ont totalement perdu la maîtrise de leur vie. Ça parait évident pour tout le monde, non? Et pourtant, la toute première chose que les intervenants font c’est de s’assurer que la personne a conscience de son problème, qu’elle admette son problème, et ensuite seulement, on pourra proposer un plan d’intervention efficace.

Donc si on revient à ton domaine : une fois le problème reconnu, la réaction des gens va dépendre d’un très grand nombre de facteur. Est-ce qu’il s’agissait d’une relation de longue date, ou d’une fréquentation éphémère? Est-ce qu’il y a des enfants dans le décor? Est-ce qu’il y a des contraintes culturelles ou religieuse qui pousse les gens à choisir une direction ou une autre? Est-ce que l’infidélité est la première « brique » qui tombe sur le couple, ou si c’est le point culminant d’une série d’irritants majeurs?

Je pense qu’il n’existe pas de solution universelle. Dans le domaine du coaching et l’intervention, il ne faut pas arriver avec une solution toute faite à un problème général. L’humain est trop complexe pour ça.

Donc pour faire face à cette très grande disparité, il y a trois solutions :

  • Soit tu adaptes ton offres de façon polyvalente, capable de suivre le client dans la direction qui lui convient le mieux selon son contexte de vie. Dans ce cas, tu développeras plusieurs formules différentes pour atteindre une variété de besoins des clients

  • Soit tu proposes une seule formule, en ciblant « en conscience » une clientèle cible spécifique que tu détermines toi-même à l’avance (sachant que tu vas éliminer les autres)

  • Soit tu n’es toi-même pas certaine de la direction à prendre, alors tu pourras faire des test A/B pour voir comment les gens réagissent à différentes propositions, et agir en conséquence.

1 J'aime

Merci David pour ton intervention,
je n’avais pas pensé à la cible que serait les gens religieux, je pourrai faire une pub pour eux aussi effectivement,

pour le moment, je vais effectivement faire plusieurs cibles pour les tests, car il y a vraiment différents profils possibles comme tu le dis, j’ai tendance à ultra cibler,

par exemple pour une cible, se serait une femme trompée, dont la relation extraconjugale s’est déroulée une seule fois, dont le mari regrette vraiment, ils ont des enfants de bas âges…, ils ont une maison etc…

est-ce que je cible trop ?

Plus tu cibles, moins t’as de prospects potentiels, mais plus ceux qui sont visés se sentiront concernés. Encore faut-il qu’ils soient intéressés par ton offre. À toi de trouver le bon équilibre, en faisant des tests.

Coucou Agnes,

Je t’apporte mon point de vue en espérant qu’il puisse te servir de piste de réflexion. Les commentaires plus haut sont vraiment très pertinents!

Pour ma part, je ne crois pas qu tu ai besoin de trancher entre tes 2 options car ton «personna» est déjà bien ciblé. Ce n’est pas comme si tu voulais aider la personne trompé et la personne qui a commis l’adultère…ici on aurait besoin de faire 2 pubs j’en conviens car ce serait 2 clients cible différent.

Disons que ton personna est, à mon avis, «La personne trompé, conscient qu’il a un problème, qui vit de grandes émotions et qui n’arrive pas à prendre un décision éclairée sur le fait de vouloir pardonner ou comment arriver à pardonner» Dans tous les cas, le deuxième peut être le complément du premier et avec l’émotion c’est compliqué…une intention ou décision prise sur le coup de l’émotion peut toujours faire chemin inverse lorsque nos pensées sont structurées.

En espérant t’avoir aidé un peu :wink:

Bonne journée

Pour ma part je jouerais la carte du service personnalisé. C’est souvent du cas par cas et chaque personne a des valeurs et des convictions qui lui sont propres. Une seule publicité pourrait suffire à afficher ton style et ton approche.

Ce sujet a été automatiquement fermé après 28 jours. Aucune réponse n’est permise dorénavant.