BONJOUR !

Qu'aimerais-tu faire?

Est-ce que nos entreprises se tirent dans le pied?

discussion
Est-ce que nos entreprises se tirent dans le pied?
0.0 0

(Melodie Lambert) #1

Salut à tous!

Je réfléchissais à un sujet sur lequel j’ai un peu de mal à me positionner fermement… et j’aimerais bien savoir ce que vous en pensez! :thinking:

Je m’explique: en général, au Québec (et probablement dans le reste de la francophonie) on a tendance à se priver de plusieurs des meilleurs outils/ressources/services web parce qu’ils ne sont pas offerts en français.

C’est un sujet un peu “touchy”, mais pensez-vous que la barrière linguistique/mentale (favoriser à tout prix les “entreprises d’ici” plutôt que celles qui peuvent réellement nous être bénéfiques) constitue un obstacle à l’avancement de nos entreprises ? (ironiquement)


(Marie-Pierre Guignard) #2

(Marie-Pierre Guignard) #3

Vraiment intéressant comme sujet!

J’ai hâte de vous lire!

Personnellement, je pense que de toujours y aller pour des entreprises franco peut effectivement devenir un obstacle parce que beaucoup de plateformes n’ont pas d’équivalent du même niveau en français.

Quoi que depuis cette année, on en voit de plus en plus commencer à traduire leur interface: active campaign, mailchimp, squarespace…


(Vincent Poirier) #4

Dans le domaine informatique, c’est définitivement oui. Énormément de Québécois réinvente la roue alors qu’il n’aurait à traduire des technologies existantes.


(Olivier Lambert) #5

Ahemm…

:laughing:


(Benoit Desforges) #6

Combien tu gage que le 3/4 du stock est fourni par FBA :laughing:


(Thomas Subtil) #7

Je pense qu’il faut favoriser les entreprises d’ici pour certaines choses et pour les entreprises dont la vocation à lieu d’être locale. Si une entreprise (SAAS par ex), vise un marché mondial, alors ils sont en concurrence avec le reste du monde selon moi et qu’ils soient d’ici ou pas ne change pas pour moi car ils vont aussi chercher des clients ailleurs. Dans ce cas, c’est celui qui me propose la meilleure valeur pour mon entreprise qui gagne. :wink:

D’ailleurs des entreprises d’ici peuvent être anglophone et des entreprises françaises peuvent ne pas du tout avoir de liens avec le Quebec.
Ta question porte sur la langue ou la localité? ou les deux ensemble? ^^.


(Melodie Lambert) #8

Les deux! La langue, la localité, ou n’importe quelle barrière que les entreprises s’imposent, consciemment ou pas, au nom des “principes”.

Bien sûr, il y a toujours des contextes où on est aussi bien d’utiliser un service francophone ou local, mais il me semble que trop souvent les entreprises prennent des décisions complètement illogiques financièrement ou au niveau du rendement, dans le seul but d’ “encourager” une entreprise. :sweat_smile:


(Thomas Subtil) #9

Je crois que beaucoup d’entreprises prennent des décisions complètement illogiques financièrement ou au niveau du rendement tout court… :wink:
Je trouve que c’est bien souvent beaucoup plus problématique pour une entreprise que le but d’encourager une entreprise.

(Mais c’est tout un autre sujet alors je ne vais pas aller plus loin pour ne pas changer le topic :wink: )


(June) #10

Hello !

Je vais essayé de partager mon avis par une expérience personnelle.

J’ai un super ami, ultra excellent développeur, un génie plus jeune que moi, que j’ai toujours envié et il m’a bien inspiré!

Seul hic, il ne savait pas que je ne maîtrisais pas du tout l’anglais. Il me partageait souvent des articles en anglais, et pour ne pas perdre ce lien, je me forçais à lire l’article malgré moi, et à force, je me suis rendu compte que finalement je comprenais une bonne moitié des articles.

Mieux que ça, j’ai commencé à faire des recherches avec des mots clés en anglais… SURPRISE, 10 fois plus de données peuvent être trouvées en anglais !

Finalement la véritable richesse est l’information.

Donc, le manque d’information ou bien l’accès à des informations, est un avantage concurrentiel qui peut même s’avérer être déloyal.

Pire encore, nous sommes dans un ère, ou la civilisation au niveau mondial est en train de changer ! (peut être que je rédigerai un article autour de ça)

Donc, pour moi la langue, du moins seulement l’anglais est une force non négligeable pour les entreprises.

Je pense qu’il y a une niche et un marché énorme sur le secteur de la traduction qui est en pleine croissance mais qui demande encore quelques changements de paradigmes.


(Olivier Lambert) #11

À bien y penser… C’est un peu ironique de poser cette question sur La Tranchée puisqu’il existe une tonne de communautés en ligne pour entrepreneurs en Anglais.

La raison pourquoi notre entreprise fonctionne est qu’une bonne partie des entrepreneurs ne parlent PAS en Anglais et que la majorité des francophones préfèrent une plateforme dans leur langue natale.

C’est très très ironique en fait, parce qu’un des conseils que je donne aux gens qui désirent se lancer est d’apprendre l’anglais.

Oui, La Tranchée offre des informations uniques et pertinentes, mais ce serait prétentieux de dire qu’il n’existe rien de mieux dans d’autres langues.

C’est le sentiment d’appartenance, l’effet de proximité en plus de l’avantage de la langue qui nous permet de recruter des membres. (en plus de l’attrait du produit en tant que tel)