Deux façons de neutraliser les armes de distraction massive!

Lien vers l'article: Deux façons de neutraliser les armes de distraction massive

Les armes de distraction massive sont subtiles et dangereuses. Elles nous frappent sans même que l’on se rende compte des dégâts qu’elles causent. Un bon matin, au boulot, on planifie notre journée en établissant nos objectifs à atteindre, on se met au travail et à la fin de la journée on se targue d’avoir été super productif. Pourtant, on n’a absolument rien accompli de ce qui était sur notre liste d’objectifs. A-t-on réellement été productif, ou simplement occupé? … La vérité est qu’on a passé la journée à réagir aux différents stimulus de notre environnement: on est allé consulter chaque courriel au fur et à mesure que les notifications nous chantonnaient leur arrivée, on a répondu dix fois au téléphone, on a écouté avec intérêt un collègue avoir une conversation houleuse avec un client insatisfait, on a donné un coup de main à un autre collègue qui est venu nous demander de l’aide, on a répondu aux questions sur l’avancement de notre travail au manager qui est venu nous voir à l’improviste, on a assisté à un meeting d’équipe… Mais, au final, quel est le temps qu’on a pu passer à travailler de façon ininterrompue sur nos tâches? Une heure? Deux heures?     Quand on sait qu’il faut travailler pendant un certain temps sans interruption pour être réellement productif, on réalise que ces moments précieux représentent à peine le quart de notre journée de travail. Pire encore, les petits moments de distraction, où absolument rien n’est accompli de productif, s’accumulent et peuvent te voler un peu plus de 2 heures de ton temps chaque jour, soit 759 heures par année, ce qui représente environ 20 semaines de travail à temps plein.   [thrive_number_counter color= »red » value= »20″ before= » » after= » » label= »Nombre de semaines de travail…