Débat: Est-ce que le SEO va mourir?

L’excellent article de @loris-c sur webmarketing (Le SEO est mort et je danse sur son cadavre) me donne envie de partir un débat.

D’après toi, est-ce que trop de contenu optimisé va tuer le contenu optimisé? :thinking:

4 J'aimes

Merci (encore une fois…) pour le partage. Cette nuit mon téléphone n’a cessé de vibrer, j’ai reçu pas mal de mails incendiaires, des encouragements et étonnamment peu de commentaires sur l’article lui-même. Le sujet est complexe et quasi jamais discuté et j’aurais pu écrire un roman à la place.

L’article est une 1ère base, je ne le considère pas comme fini. Après, j’ai surtout reçu des messages de spécialistes en SEO ou de rédacteurs SEO, mais pas vraiment des autres. Ce qui montre bien que c’est un sujet qui obsède certains mais qui reste très (trop) vague pour les autres.

Je trouve qu’une fois qu’on a suivi les “bonnes pratiques”, pas besoin d’en faire plus. J’ai écrit des articles pour des entreprises qui m’ont fait réviser la copie parce que le mot-clé n’était pas au début dans le titre…

Et tout le monde trouvait ça normal! Parce qu’un spécialiste d’un algorithme que personne connaît l’a écrit quelque part…

C’est surtout contre ça que je me bats.

Et pour la création de valeur.

Parce que sur les milliers d’articles que j’ai pu écrire ces 2 dernières années (impossible de compter, ils vont de 100 à 10’000 mots), j’ai remarqué 2 récurrences uniquement dans ceux qui se plaçaient sur le podium Google.

Et ce n’a rien à voir avec les balises, les images, la lisibilité ou je sais pas quelle technique de ninja SEO…

C’était…

  1. parce que le site sur lequel je postais jouissait d’une autorité supérieure à 40 (soyons précis!)
  2. parce que l’article a bénéficié de dizaines, de centaines, voire de milliers de partages (plus les requêtes sont faibles, moins il y a besoin d’avoir de partages et backlinks, généralement).

Au final, tout ça est tellement contextuel (on peut placer une page sur Google parce qu’elle a été cliquée des milliers de fois sur Facebook, donc là il y a tout le paramètre Facebook qui rentre en compte), qu’on ne peut pas me faire croire qu’il y ait une méthode à suivre.

Autre que celle de développer une idée qui donne envie d’être partagée, débattue, vécue. Et comme on n’a pas le temps objectif de se spécialiser dans tout, l’article crie entre les lignes: intéressez-vous plus à la psychologie humaine et moins à la technologie!

Mais j’en discute avec plaisir :slight_smile:

Loris

1 J'aime