Comment faire migrer les annonceurs d'un magazine papier vers un futur blogue ?

Bonjour à tous,

Je travaille actuellement aux communications pour un OBNL dans l’industrie de la construction. Nous avons depuis plusieurs années une revue papier bimestrielle qui est imprimée à 2 100 exemplaires.

À ce jour, la publicité placée à l’intérieur de celle-ci génère un bon revenu (toute proportion gardée évidemment), mais je souhaite opérer la transition complète de la plateforme papier vers un modèle numérique dans les mois.

Ma question est la suivante. Je ne sais pas comment bâtir ma planification stratégique afin d’atteindre, autant sinon plus, de revenus avec la publicité sur le blogue (objectif : environ 50 000 $/année). Je pars de zéro pour ce qui est de la gestion de publicité sur un site web. Un sondage auprès de nos membres a permis de comprendre un début d’intérêt pour la transition annoncé (60 % enclin à la version numérique). J’ai également commencé à faire une étude de marché dans le but d’évaluer la moyenne de tarification, mais je dois vous avouer que je suis relativement perdue.

Voici alors ma liste de questions sans fin (ou presque) :

  • Si je publie 1 article par semaine (d’environ 750 mots) et qu’en ce moment mon site internet est consulté par (à peine) 3 000 personnes/mois, comment vendre aux annonceurs la plus valut?
  • Quels sont les tarifs selon les différents formats?
  • Est-ce que le plug-in Adrotate est adéquat pour faire la gestion de mes publicités sur Wordpress ou vous m’en recommander d’autres?
  • Si mon site internet est déjà fonctionnel, en combien de temps croyez-vous que la transition est possible d’être faite?
  • Comment m’assurer que ce changement sera rentable?
  • Bref, comment le vendre aux annonceurs et surtout comment comprendre la mécanique de la publicité numérique?

La difficulté engendrée ici c’est que l’industrie pour laquelle je travaille et le public cible à qui je parle sont encore très peu présents sur le web (15 à 20 % de nos membres sont sur les réseaux sociaux environ). Mon espoir c’est d’essayer d’aller chercher la nouvelle génération d’entrepreneur en construction qui sera probablement plus actif sur le web.

Est-ce que le changement en vaut la peine?
Un gros merci à l’avance pour votre aide à tous !

Salut Claudia!

Est-ce que tu as consulté mon e-book sur la monétisation? Ça va te donner quelques repères sur les chiffres en lien avec l’industrie.

Si tu veux mon avis, faire 50K$/an avec 12 000 visites, c’est impossible sans arnaquer les gens qui vont payer pour la publicité.

La rédaction d’articles promotionnels est un concept intéressant, mais encore faut-il avoir un réseau de distribution décent… Tu pourrais charger 400$ pour l’article et 500$ que tu pourrais investir en publicité Facebook pour y générer du trafic sur lequel tu te gardes 100$ de frais de gestion. Si tu en fais 2 par semaines, tu pourrais faire 50 000$ par an en honoraires.

C’est bon pour ton client parce que ça va lui apporter beaucoup plus de visibilité qu’une publicité dans les journaux pour moins cher et c’est bon pour toi parce que ça te permet de faire grossir ton trafic et tes abonnés sur le budget publicitaire de tes clients.

Mais vendre de l’espace publicitaire sur un site qui a aussi peu de trafic… Je ne vois pas comment ça pourrait être rentable.

1 J'aime

Si vos lecteurs ne sont pas sur le web, pourquoi éliminer la version papier?

2 J'aimes

Merci Olivier :slight_smile:

Oui j’ai déjà consulté ton e-book qui est très pertinent d’ailleurs!

Comme je suis en pleine planification stratégie (toute seule, dans ma tête… les struggles d’être dans un mini OBNL et d’être la seule en comm haha), je tente de recueillir le plus d’informations possible afin de me faire une tête. Plus je vais avoir d’avis, de conseils, etc. plus je serai en mesure de faire des croisements et ultimement de saturer mes données et ainsi faire ressortir des conclusions probantes.

Donc, c’est important pour moi d’être solide pour vendre mon projet à des néophytes en communication et qu’ils l’achètent! Le volet rentabilité est le plus important, car c’est ce sur quoi les gestionnaires vont le plus me questionner à mon avis!

J’ai confiance.

Merci encore pour ton soutient. Je l’apprécie sincèrement.

C’est une bonne question Jean-Sébastien!

En fait, plusieurs membres de notre C.A. ont signifié leur fort intérêt de pouvoir partager individuellement les articles de la revue qu’ils trouvaient intéressants et pertinents sur les réseaux sociaux. Malheureusement, ce n’est pas possible, car la revue en version numérique est actuellement en un seul bloc PDF (Exemple ici). Cela fait en sorte qu’ils ne veulent pas partager le magazine dans son entièreté et amener les lecteurs à aller consulter la p.12 pour lire x articles… ce n’est pas convivial. Bref, amener cette publication sur une plateforme de blogue permettrait davantage d’interaction avec notre contenu.

De plus, ils m’ont clairement avoué qu’ils ne lisent jamais la version numérique, car elle n’est pas agréable à la lecture. Pour ce qui est de la version papier, elle est feuilleté 1x puis replacé à la réception où elle est rapidement regardée par les visiteurs de temps en temps… On comprend que la viabilité et la portée des articles sont extrêmement restreintes.

Finalement, notre organisation est une instance vouée à représenter l’ensemble des membres de notre secteur d’activité. Nous nous positionnons comme une référence pour eux et je crois que oui il y a beaucoup d’éducation à faire concernant les possibilités 2.0, mais que si nous ne montrons pas la voie, cette industrie n’évoluera pas beaucoup et pourrait présenté un certain décalage à moyen long terme quant aux différents moyens de communication en place.

J’aimerais éliminer la version papier, car nous sommes une très petite équipe. Coordonner la version papier ET ajouter une version numérique interactive (blogue) représente une charge de travail 2x plus importante pour moi qui est la seule ressource à l’interne qui s’occupe des communications. Je ne dis pas que cela se fera immédiatement, une année de transition est envisagée, mais je dois avouer que pour des raisons de temps j’aurais préféré mettre le magazine papier sur pause un moment afin de mettre en place la nouvelle mouture.

Ne vous trompez pas, je n’ai pas peur de travailler de longues heures par semaine, mais il ne faut pas se faire de cachettes, il y a des limites aux heures gratuites que je peux/veux donner pour un OBNL!

Enfin bref, voilà pourquoi j’aimerais éliminer la version papier Jean-Sebastien!

P.s. Je ne suis pas en charge de l’infographie qui me décourage par bout !

1 J'aime

Je comprends.

Donc la principale raison serait parce que quelques personnes aimeraient y faire référence et partager les articles via les médias sociaux.

Je suis d’accord avec Olivier, ce sera très difficile à rentabiliser (et je sais de quoi je parle)…

Le modèle d’article promos est une solution, c’est sur. Mais est-ce que ça va contribuer à la mission de votre OSBL? À valider…

Personnellement, je garderais le magazine papier en vie le plus longtemps possible du fait que trop peu de lecteurs sont sur le web pour le moment, et j’utiliserais le contenu du magazine pour le recycler sur d’autres plateformes.

Ce faisant, va permettrait de bâtir un trafic plus viable et d’explorer des solutions adaptées d’ici la transition définitive.

Le secret?

Mettre sur pied des processus. Exemple: il est extrêmement simple de prendre un texte et d’en faire un billet de blog (5 min max.)

Une fois publié, ce billet peut automatiquement déclencher une série d’actions :slight_smile:

  • l’envoie d’un email à vos abonnés pour qu’ils aillent lire l’article
  • un post sur Facebook
  • un post sur LinkedIn
  • un post sur Twitter

Vous pourriez même embaucher pour 5$ que l’un sur fiver qui convertirait l’article en une video super simple pour le mettre sur You tube.

De cette video, vous pourriez en extraire l’audio pour en faire un podcast.

Et vous pourriez prendre l’article PDF et vous en servir au bas de l’article comme lead magnet.

Une fois les systèmes en place, tout ça ne demanderait que 10 minutes par jour (moins en faisant du batch processing).

Le modèle d’affaires? Il suivra quand vous aurez le trafic pour justifier la transition.

2 J'aimes