✍️Les mots pour vendre

monétisation
blogue
copywriting
✍️Les mots pour vendre
0

(Passionnée de copywriting) #1

Salut La Tranchée !

Je voulais publier mon journal de progrès le 24 avril, pour fêter ma première année ici, ainsi que mon quart de siècle…

J’ai manqué de temps. :hourglass:

En fait, c’est faux.

Je n’ai pas pris le temps.

La gestion du temps est ma bête noire.

J’ai comme projet de me partir un blogue depuis trop longtemps.

Pour vous donner une idée, ça fait tellement longtemps que ma petite mémoire ne sait plus trop quand l’idée a germée exactement.

J’ai mis mon blogue en ligne il y a quelques mois, avec la ferme intention de publier un article par semaine.

Résultat?

Rien. Nada. Fuck all. :see_no_evil:

Je trouve toujours une excellente raison de remettre à plus tard.

Lorsque j’ai mis mon blogue en ligne, j’ai fait une publication Facebook publique pour annoncer mon virage vers le monde fascinant de la rédaction persuasive et du copywriting.

Résultat? Plusieurs de mes clients m’ont approchée pour que je rédige des séquences de courriels ou des pages de vente pour eux.

Je ne m’en plains pas. Je me suis bâti un portfolio vraiment super en très peu de temps.

Je suis même en train de former mon copain (qui a une formation en rédaction à l’UQÀM) parce que je sens que je vais avoir besoin d’aide éventuellement.

Sauf que j’ai fait l’erreur de mettre toutes mes énergies là-dedans, délaissant du même coup mon blogue.

Il faut que mon projet avance.

Lorsque j’ai décidé de mettre en ligne ce journal de progrès, il y a déjà plusieurs semaines, j’ai fait le bilan de tout le temps investi dans mon blogue, Les mots pour vendre.

Ma constatation?

Ce n’est plus de la procrastination rendu là, c’est rien. :scream:

J’ai donc décidé de bloquer des plages horaires dans ma semaine qui seront réservées exclusivement à mon projet.

J’ai commencé la semaine du 7 mai.

J’ai rédigé mon aimant à clients au complet ET j’ai trouvé une graphiste pour faire la mise en page parce que j’ai accepté le fait que je n’aurais pas le temps de m’en occuper moi-même.

Ça m’a apporté un sentiment de joie intense et de « wow je suis dont ben productive ».

Après, on m’a diagnostiqué une pneumonie et j’ai dû prendre une semaine de congé forcé où j’ai été aussi productive qu’une crevette congelée, mais bon… :sweat_smile:

Mon aimant à clients

Au départ, je voulais faire une check-list de copywriting.

Sauf que ladite check-list s’enlignait pour être infinie, et donc trop générale.

Je voulais quelque chose qui donne envie de passer à l’action. Quelque chose de véritablement utile.

J’ai donc décidé de me concentrer sur une chose que je connais bien : les pages de vente.

Mon aimant à clients est un court Guide de rédaction, qui te guide pas à pas dans l’écriture d’une page de vente persuasive. :memo:

J’ai analysé mon propre processus de travail. Je l’ai divisé en étapes simples, accessibles pour un débutant. J’ai vulgarisé le tout et j’ai mis des exemples.

Je rencontre la graphiste qui va faire une belle mise en page de tout ça cette semaine. :tada:

D’ici la fin juin, je veux :

  1. Publier au moins 5 articles de blogue.

Ça ne devrait pas être sorcier, maintenant que je bloque des plages horaire pour travailler sur mes affaires. Surtout que j’ai précisément 17 articles quasi-complétés qui prennent la poussière parce que je n’ai pas encore fait les derniers ajustements.

  1. Mettre en ligne mon aimant à clients.

Encore là, maintenant qu’il est rédigé, je n’attends que le travail de la graphiste. Je crois donc que c’est un objectif réaliste d’avoir mis ça en place le mois prochain.

  1. Rédiger une petite séquence qui sera envoyée après l’aimant.

C’est tout. Baby steps, comme on dit.

Mon objectif est évidemment de monétiser, un jour, mon blogue.

Je veux vendre une formation en ligne.

J’ai un ebook en cours d’écriture. Il me servira de tripwire. Si je fais un peu d’argent avec, je le réinvestirai en publicité.

Sauf que le ebook n’est pas prêt, et la formation n’est pour l’instant qu’une idée…

Je ne veux pas aller chercher des prospects pour ne rien leur vendre avant plusieurs mois.

J’offre bien sûr du copywriting, mais ce n’est pas très abordable + je ne veux pas 500 clients.

Je cherche donc quelque chose que je pourrais offrir pour un peu moins cher, sans trop d’efforts de ma part.

J’avais pensé offrir une courte consultation via Zoom, où je donnerais du feedback personnalisé sur le contenu du client, qu’il s’agisse de publicités Facebook, d’une page de vente ou d’une séquence de courriels.

Je me demande si c’est quelque chose qui pourrait intéresser les gens. Je vais au moins le tester.

Sinon j’avais pensé faire quelques templates de tunnels de vente (à la Funnelscripts, mais en français) et vendre ça. Ça demande un peu plus d’efforts, mais comme j’ai déjà des squelettes pour mon usage personnel, ce n’est pas impossible. + Une fois créé, ça ne prend pas plus de temps dans mon horaire.

Voilà. C’était mon bilan de procrastinatrice aguerrie. :crossed_swords:

J’ai hâte de voir comment les choses vont évoluer dans les prochaines semaines, mais pour la première fois depuis un bout, j’ai l’impression d’avancer dans mon projet de blogue autant que dans ma carrière de consultante.

Je vais essayer de mettre mon journal à jour régulièrement. Le fait d’être lue va sûrement me donner un petit coup de pied aux fesses. :wink:


(Marie-Pierre Guignard) #2

Toutes mes félicitations @Alexe! :tada:

Je suis vraiment contente pour toi, ça fait longtemps que tu en parles de ce projet et tu as su trouver la motivation et le temps de le mettre en ligne, c’est déjà un grand pas :smiley:

Très beau ton site web! C’est clair, on sait exactement à quoi s’attendre.
N’oublie pas d’aller y ajouter ton pixel Facebook :nerd_face:

Je tâcherai de te revenir fin juin voir où tu en es avec tes objectifs. Ils sont très réalistes, tu vas sans aucun doute y arriver!

Bon succès avec ton projet et j’ai hâte de suivre la suite des choses :slight_smile:


(Melodie Lambert) #3

Superbe ton site!! Beau travail! :+1:

J’ai hâte de suivre l’évolution de tes projets, c’est génial parce que tu as un plan clair et réaliste!

Bon succès! :wink:


(Olivier Lambert) #4

Dope dope dope! J’aime ça, fais un petit article sur La Tranchée et offre le aux gens. On va te feature sur notre liste de courriel :wink:

Ça intéresse les gens, c’est ce que je faisais au début! Je te recommande de prendre Calendly pour tes consult sur ton site! On a commencé à tester et c’est top! En plus, ça gère les paiements et ça s’intègre via Zapier à n’importe quel logiciel comptable.


(Passionnée de copywriting) #5

Merci @Marie_Pierre et @melodie_lambert ! Je voulais un thème qui met vraiment l’accent sur la typo et le contenu, vu que je jase de copywriting. Moi aussi je l’aime beaucoup. :green_heart:

C’est un deal. Je vais reprendre les grandes lignes de mon Guide. Je vous envoie ça dès que j’ai la version finale entre les mains.

Je vais aussi suivre ton conseil pour Calendly. Je l’avais aussi testé pour une cliente il y a un moment, et c’est vraiment l’outil le plus agréable pour prendre rendez-vous côté client je trouve.


(Passionnée de copywriting) #6

Salut La Tranchée,

Je me suis ennuyée de toi. :cry:

J’ai été pas mal occupée dernièrement, et je t’ai négligée solide. Mais je m’ennuie, et je vais faire un petit retour, tranquillement, dans les prochaines semaines.

Je relis mon journal de progrès et je souris. J’ai tellement de choses à raconter que je ne sais même pas par où commencer.

Je sors d’un contrat où j’ai rédigé une page de vente qui a contribué à générer un revenu dans les 7 chiffres pour mon client. Oui-oui, sept. Je n’en reviens pas encore ! :scream:

Depuis que j’ai mis en ligne mon blogue « Les mots pour vendre », j’ai réalisé beaucoup de choses :

1. Je n’aime pas spécialement ça, écrire.

Je sais, je sais. Ça part mal.

Se spécialiser en copywriting quand on n’aime pas écrire, ça a l’air d’être une mauvaise idée, right?

Ce n’est pas que je déteste ça, écrire. C’est juste que c’est difficile pour moi.

Le copywriting (maintenant je parle principalement de « rédaction persuasive », parce que personne sait c’est quoi, le copywriting) me passionne et me fascine parce que j’aime convaincre.

J’ai un baccalauréat en droit, j’ai fait du débat en compétition à l’université. J’aime ça argumenter, la rhétorique pis toute pis toute.

… Mais un jour j’ai réalisé qu’argumenter ça sert à rien.

L’important, c’est d’être en mesure de faire changer d’avis, de persuader.

Je ne pense qu’à ça. Mon chum rit de moi parce que quand j’ai deux jours de congé je lis une méta-analyse sur la résistance à la vente. Parce que pour moi c’est ça, de la « lecture légère ». #HermioneGranger

Je suis en amour avec la rédaction persuasive parce que ça me permet d’être payée pour mettre ma passion, voire mon obsession, à contribution.

… Mais ça ne veut pas dire que je deviens une rédactrice enjouée et prolifique.

Ce qui m’amène à ma réalisation #2.

2. Être payée à l’heure pour du copywriting, c’est juste insensé.

J’haïs ça, compter mes heures.

C’est juste impossible.

Quand je suis dans une page de vente, je ne fais pas juste écrire. Je fais de la recherche. Parfois je jase à des clients de mon client. Je brainstorm, je réfléchis. J’y pense dans mon lit, dans ma douche, dans mon bain. J’en parle à ma mère au téléphone (qui est écoeurée solide d’en entendre parler). J’ai des éclairs de génie… Pis des fois ils se produisent après 48h d’angoisse à ne pas trouver l’angle que je veux.

Comment je suis censée facturer ça?

Je ne le fais plus. J’ai commencé à offrir de la consultation à l’heure. Je retravaille des textes pré-existants en live avec mon client. On brainstorm ensemble et ça me permet de transmettre des connaissances à mon client en même temps.

Autrement, c’est fini, le taux horaire!

Quand j’écris de A à Z, ça vient avec une charge mentale tellement grande que je ne me gêne plus pour charger à la valeur de ce que j’offre. Ça veut dire un beau prix forfaitaire ou un pourcentage.

C’est 100 fois plus motivant pour moi, et je ne me fais plus chier solide à essayer de compter mes heures « facturables ».

C’est le contexte dans lequel je performe le mieux.

Pendant un bout, je me sentais coupable de ne pas être capable de produire des articles pour mon blogue…

Ce qui m’amène à ma réalisation 3.

3. J’haïs ça consommer de la vidéo, mais maudit que j’aime ça en faire.

Pour apprendre, je préfère lire.

Pour moi, une vidéo est essentiellement une perte de temps.

Si je suis fatiguée ou que je fais autre chose en même temps, je vais y aller avec l’audio. Sinon, ben je lis, parce que je suis une « scanner » et pour moi c’est le moyen le plus rapide d’absorber l’information.

Mon réflexe était donc d’écrire du contenu pour me faire connaître.

… Mais je vous l’ai dit, écrire c’est super difficile pour moi. Ça me demande une grosse charge mentale et beaucoup, beaucoup d’énergie.

Mais pas parler.

Ah non. Parler j’aime ça!

J’ai eu l’occasion de donner quelques ateliers sur le copywriting à des rédacteurs et à des entrepreneurs et j’ai capoté.

J’aime ça enseigner. J’aime ça partager. Ça me demander 100 fois moins d’énergie qu’écrire un article informatif sur le même sujet.

Tout le monde tripe, et c’est facile pour moi.

… Ce qui m’amène au point 4.

4. Je suis bonne dans ce que je fais.

C’est un gros morceau celui-là.

On entend souvent parler du « syndrome de l’imposteur » en entrepreneuriat. J’ai l’impression que tout le monde se bat avec à un moment ou à un autre.

Ben le mien a pris une méchante débarque dernièrement.

J’ai réalisé que je suis bonne dans ce que je fais.

Je le vois dans les yeux des gens quand je donne une formation. Je le vois dans les résultats de mes clients. On me le dit, carrément.

Je m’en vais où ?

En 2018, je n’ai pas réussi à faire briller mon blogue comme prévu.

Mais j’ai fait du réseautage et je me suis rendue compte que les gens s’intéressent à ce que je fais. J’ai eu l’occasion de donner quelques formations et j’ai adoré ça.

Surtout, j’ai gagné beaucoup de crédibilité et je me suis bâti un portfolio solide en décrochant des contrats vraiment intéressants. Toujours par référence.

En 2019, j’ai décidé de transformer complètement ma stratégie :

  • C’est difficile pour moi écrire, alors ne me vais pas essayer de me faire croire que je vais être en mesure de rédiger des articles pour mon blogue. C’est juste faux.

  • Je vais plutôt mettre mes énergies dans la création d’un contenu qui est le fun pour moi. Je vais parler. Je vais raconter. Je vais expliquer.

  • Je pense à des webinaires, à des live Facebook, à essayer de me faire interviewer sur des podcasts.

  • Après, je vais payer quelqu’un pour prendre ce que j’ai dit, et en faire des articles.

Mon objectif pour l’an prochain, c’est d’aller chercher plus de contrats en consultation et, éventuellement, de vendre une formation.

Ah, et terminer mon ebook.

J’ai gardé ça pour la fin, mais ce qui devait à la base être un aimant à clients est devenu un titan, un ouvrage très détaillé et très complet sur la persuasion dans un contexte numérique.

J’ai une professionnelle qui m’accompagne pour que je le mette à terme. Parce que j’ai réalisé que par moi-même j’étais juste trop perfectionniste et lente.

Je pense le vendre, à un prix abordable, et en faire un espèce de « tripwire ». J’aimerais qu’il m’amène des opportunités de communications. :slight_smile:

C’est pas mal ça !

Je vous reviens avec un plan d’action clair en janvier. :rocket:


(Melanie Halley) #7

Heu wow!! Peut-être que tu n’aimes pas tant écrire, mais c’est toujours le fun de te lire!!! :slight_smile: Tu as vraiment l’air d’avoir fait tout un cheminement, c’est cool!
D’ailleurs, tes posts Facebook sont toujours très intéressants à lire…(Allez liker sa page, si c’est pas déjà fait!)
Tu es ma découverte 2018!! haha j’ai hâte de te booker du temps pour jaser, je vais en avoir besoin pour 2019.


(Charles Davignon) #8

Wow! Ça semble une belle 2019!

Pour t’avoir parlé quelques fois en 2018, c’est une réalisation qui fait du sens :wink:


(Passionnée de copywriting) #9

Ben voyons ! Merci FULL.

J’ai vraiment du plaisir avec mes posts Facebook en plus.

… Quand je prends le temps d’en faire. :stuck_out_tongue:


@CharlesDavignon, j’espère qu’on va avoir encore plein d’occasions de collaborer en 2019. :wink:


(Charles Rolland) #10

C’est super inspirant de t’avoir lu et de voir que tes projets vont biens, apparemment tu as découvert beaucoup de chose sur toi en 2018. Vraiment cool! :grin:


(Marie-Pierre Guignard) #11

Wow @Alexe!

T’es hot. Tu t’écoutes et tu prends le chemin que tu aimes. C’est tellement beau de lire ça et de te voir aller.

Continue dans ce sens, t’a la vent dans les voiles ma belle <3